Elon Musk "ne connait pas grand chose" sur Taïwan, selon le Premier ministre de l'île

Le milliardaire propose que Taiwan fasse partie de la Chine.

AFP
Elon Musk "ne connait pas grand chose" sur Taïwan, selon le Premier ministre de l'île
©AP

Le Premier ministre taïwanais a affirmé mardi que Elon Musk "ne sait pas grand-chose" sur l'île autonome, après une déclaration du milliardaire proposant qu'elle fasse partie de la Chine.

Les propos que l'homme le plus riche de la planète a tenu au Financial Times, sur les relations tendues entre Taïwan et la Chine, ont mis en colère le territoire autonome.

Ses habitants vivent sous la menace constante d'une invasion de Pékin qui la considèrent comme une province à reconquérir un jour, si nécessaire par la force.

Dans une interview publiée vendredi, M. Musk a déclaré qu'il pensait que Taïwan devait conclure un accord "raisonnablement acceptable" avec Pékin pour devenir une "zone administrative spéciale" de la Chine sur le modèle de Macao et Hong Kong.

Les dirigeants chinois proposent depuis longtemps d'appliquer ce modèle à Taïwan, même si la grande majorité des habitants de ce territoire y sont opposés.

Le Premier ministre Su Tseng-chang est le plus haut responsable de l'île à réagir aux déclarations de du patron de SpaceX.

"Musk est un homme d'affaires", a déclaré M. Su lors d'une session parlementaire.

"Il a une grande usine automobile à Shanghai et il veut promouvoir ses véhicules électriques... un homme d'affaires peut dire ceci aujourd'hui et dire autre chose demain".

"Musk parle pour lui-même, mais il ne connaît vraiment pas grand-chose de Taïwan et il ne comprend pas non plus les relations entre les deux rives du détroit", a ajouté le chef du gouvernement.

Les sondages ont toujours montré qu'une large majorité de la population taïwanaise ne souhaite pas être dirigée par Pékin. Ce sentiment s'est accru depuis la reprise en main de Hong Kong par la Chine, qui a étouffé toute dissidence.

Les propos de l'entrepreneur américain sur Taïwan ont été salués par plusieurs responsables chinois, dont l'ambassadeur de Pékin à Washington, Qin Gang.

La semaine dernière, le milliardaire a débattu sur Twitter avec le président Volodymyr Zelensky et d'autres responsables ukrainiens, sur la manière de mettre fin au conflit.

Le milliardaire a proposé un accord de paix entre Kiev et Moscou basé sur de nouveaux référendums sous supervision de l'ONU, l'abandon de la Crimée à la Russie et d'un "statut neutre" pour l'Ukraine.

Volodymyr Zelensky a répondu avec un autre sondage pour ses abonnés: "Quel Elon Musk préférez-vous, celui qui soutient l'Ukraine ou celui qui soutient la Russie?" et l'ambassadeur de Kiev en Allemagne lui a dit "d'aller se faire voir".