Au Sri Lanka, trois mois après la chute du président Rajapaksa, la révolution s’essouffle

Les arrestations et l’incapacité du régime à résoudre la crise des réserves de change pourraient attiser la colère.

Emmanuel Derville, Correspondant à New Delhi
Au Sri Lanka, trois mois après la chute du président Rajapaksa, la révolution s’essouffle
©AFP
Il y a quelques semaines, Vraie Balthazar, l'une des figures du mouvement qui a renversé le président sri lankais Gotabaya Rajapaksa en juillet, s'est rendue au tribunal de Colombo pour une audience kafkaïenne. Un homme comparaît pour avoir volé une couverture lorsqu'il a occupé le palais présidentiel durant les manifestations de juillet. "C'est la tactique du pouvoir pour harceler tous ceux qui ont participé au mouvement Aragalaya (lutte)...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité