Bousculade mortelle à Séoul: les appels d'urgence mettent en évidence l'inaction de la police

La bousculade a Séoul a entraîné la mort de 156 personnes, le 29 octobre.

Le Premier ministre sud-coréen Han Duck-soo a promis mercredi de demander des comptes à la police après la bousculade meurtrière de Halloween à Séoul, des appels d'urgence témoignant de la lenteur de la réponse des autorités.

Le mouvement de foule, survenu samedi soir dans les ruelles étroites du quartier cosmopolite d'Itaewon, a causé la mort de 156 personnes, principalement des jeunes déguisés venus faire la fête après la pandémie.

Le premier appel d'urgence a été passé à 18H34 locales (9H34 GMT) par un individu nerveux avertissant du besoin d'un contrôle policier de la foule, avant que survienne la bousculade mortelle.

Ce qui suit est une retranscription condensée, obtenue par l'AFP, d'une dizaine de ces appels aux services de police, de plus en plus désespérés à mesure que la soirée s'écoulait.

18H34 (09H34 GMT)

"Cela devient vraiment tendu avec les gens qui montent et descendent cette ruelle. Les gens ne peuvent pas descendre ici mais des gens continuent à monter. J'ai l'impression que les gens vont être écrasés à mort. Je m'en suis à peine sorti. Je pense que vous devez contrôler la situation."

20H09

"Il y a beaucoup trop de gens ici en train d'être poussés, piétinés, blessés. C'est chaotique. Vous devez contrôler ça."

20H33

"Les gens sont piétinés dans les rues ici. Ca devient vraiment dangereux (...) Il n'y a pas de contrôle et la route à trois voies est entièrement bloquée. J'ai une vidéo enregistrée. Est-ce que je peux vous l'envoyer?"

20H53

"Les gens sont presque écrasés à mort (...) Il y a beaucoup trop de gens (...) Ce n'est pas un canular téléphonique."

21H00

"La situation ici est sur le point de devenir un accident majeur avec beaucoup trop de gens. Vous devez venir pour la mettre sous contrôle."

21H02

"Les gens sont poussés violemment ici et tout le monde est en panique (...) S'il vous plaît, faites quelque chose pour faire de la place ici. Je pense que des gens vont mourir ici."

21H07

"Je risque de me faire écraser à mort avec toutes ces personnes ici (...) Je vous demande s'il vous plaît de mettre la circulation à sens unique ici."

21H10

"La situation ici est vraiment sérieuse. Les gens dans la ruelle sont compressés si fort (...) Toute la ruelle est (en danger)."

"Je comprends. Nous allons déployer des policiers là-bas", répond un policier à la personne au bout du fil.

21H51

"Il y a beaucoup trop de gens ici. Pouvez-vous venir aussi vite que possible pour contrôler la foule ?"

22H11

"On dirait que des gens sont écrasés à mort là-bas (...) (C'est le) chaos total."