Xi Jinping propose à Kim Jong Un de coopérer pour la paix dans le monde

Le président chinois Xi Jinping a écrit au dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, lui proposant de coopérer pour "accélérer la paix" dans le monde, a annoncé samedi l'agence d'Etat nord-coréenne KCNA.

FILE - China's President Xi Jinping arrives to attend the APEC Economic Leaders Meeting during the Asia-Pacific Economic Cooperation, APEC summit, Saturday, Nov. 19, 2022, in Bangkok, Thailand. Chinese President Xi Jinping and his Cuban counterpart pledged mutual support over their fellow communist states' "core interests" Friday, Nov. 25, 2022 at a meeting further hailing a return to face-to-face diplomacy by Beijing. (Jack Taylor/Pool Photo via AP, File)
Le président chinois Xi Jinping a écrit au dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, lui proposant de coopérer pour "accélérer la paix" dans le monde, a annoncé samedi l'agence d'Etat nord-coréenne KCNA.

Cette lettre intervient alors que les tensions sont à leur comble dans la péninsule coréenne, après une série record d'essais de missiles par Pyongyang et alors que Séoul, Washington et Tokyo ont renforcé leur coopération militaire.

Pyongyang a notamment lancé le 18 novembre un missile balistique intercontinental (ICBM) qui est tombé au large du Japon, et Kim Jong Un a menacé les Etats-Unis de riposte nucléaire si son pays était attaqué.

"Le monde, l'époque et l'histoire sont en train de changer d'une façon sans précédent", a souligné M. Xi dans sa réponse à une lettre de M. Kim, qui l'avait félicité pour sa reconduction historique à la tête du Parti communiste chinois et du pays en octobre.

"Face à cette nouvelle situation, je suis prêt, avec vous, à contribuer positivement (...) à accélérer la paix, la stabilité, le développement et la prospérité de la région et du reste du monde", a-t-il poursuivi.

La Chine est le plus important allié et partenaire commercial de la Corée du Nord, sous le coup de sévères sanctions des Nations unies pour ses programmes nucléaire et d'armement.

A l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU lundi, la Chine et la Russie ont refusé de se joindre aux 14 pays, parmi lesquels les Etats-Unis, l'Inde, la France et le Royaume-Uni, qui ont condamné le tir de l'ICBM de Pyongyang le 18 novembre.

En mai, Pékin et Moscou avaient opposé leur véto à un projet de résolution présenté par Washington pour renforcer les sanctions contre la Corée du Nord.

Lors d'un entretien la semaine dernière en marge du sommet du G20 à Bali, le président américain Joe Biden avait demandé à Xi Jinping de signifier "clairement" à la Corée du Nord de ne pas mener un nouvel essai nucléaire, comme Séoul et Washington lui en prêtent l'intention.

"Il est certain que notre diplomatie va s'efforcer d'amener la Chine à rejoindre les pays qui condamnent cela publiquement aujourd'hui et à user de son influence pour persuader" la Corée du Nord, avait ensuite déclaré un haut responsable américain.