Près de 2.000 personnes évacuées après l'éruption du volcan Semeru en Indonésie

Le volcan Semeru en Indonésie est entré en éruption dimanche, crachant un colossal nuage de cendres qui a fait fuir les habitants des villages situés sur son flanc, un an jour pour jour après une autre éruption qui avait fait des dizaines de morts.

Les villageois vivant dans l'ombre du mont Semeru, situé dans l'Est de l'île de Java dont il est le point culminant à 3.676 mètres, ont fui par dizaines à l'approche du nuage de cendres haut de 1,5 km, emportant ce qu'ils pouvaient. Selon les services de secours, près de 2.000 personnes ont été évacuées.

Les services de secours ont fait état d'"avalanches brûlantes", causées par des blocs de lave qui se sont détachés du sommet pendant l'éruption et ont déferlé vers la base du volcan.

Aucune victime n'a été signalée dans l'immédiat, mais les autorités ont demandé aux habitants de se tenir à au moins huit kilomètres du cratère.

Elles ont également demandé à la population d'éviter une zone de 13 km située le long d'une rivière au sud-est du mont Semeru, vers laquelle le nuage de cendres volcaniques se déplaçait.

Le Centre de volcanologie et de prévention des catastrophes géologiques (PVMBG) a relevé le niveau d'alerte autour du mont Semeru du niveau trois au niveau quatre, le plus élevé, a déclaré son porte-parole Hendra Gunawan à la chaîne Kompas TV.

"Cela signifie que le danger menace les zones peuplées et que l'activité du volcan s'est intensifiée", a-t-il expliqué.

Selon les services de secours, un total de 1.979 personnes provenant de six villages ont été relogées dans 11 refuges ouverts pour l'occasion. Les autorités ont aussi distribué des masques aux habitants pour les protéger contre la pollution de l'air par les cendres.

Après l'éruption, internet a été coupé et le réseau téléphonique mobile était défaillant, selon un journaliste de l'AFP.

L'Agence météorologique japonaise a de son côté mis en garde contre un possible tsunami, causé par l'éruption du volcan indonésien, dans les îles de Miyako et Yaeyama, à l'extrême-sud de l'archipel nippon, selon l'agence Kyodo. Mais rien de tel ne s'est finalement produit.