Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a déclaré l'état d'urgence vendredi à Tokyo et dans les préfectures d'Osaka, de Kyoto et de Hyogo, dans le but d'endiguer la flambée de COVID-19 pendant les prochaines vacances de la Golden Week. Des restrictions plus sévères, telles que la fermeture des établissements servant de l'alcool et des principales installations commerciales, seront en place de dimanche jusqu'au 11 mai.

La déclaration de l'état d'urgence, qui concerne environ un quart de la des 126 millions d'habitants du pays et un tiers de l'économie du pays, interviendra à trois mois du début des Jeux Olympiques de Tokyo prévu le 23 juillet.

Suga devrait finaliser la décision lors d'une réunion du groupe de travail COVID-19 dans la soirée au Japon.

Même si l'état d'urgence n'entraînera pas un verrouillage strict comme l'ont fait d'autres pays, les spectateurs seront effectivement interdits d'accès aux grands événements, tandis que les compagnies de trains et de bus devront cesser leurs activités plus tôt en semaine et en réduire le nombre le week-end et les jours fériés.

Les grands établissements commerciaux, y compris les grands magasins et les centres commerciaux, devront fermer leurs portes, à l'exception des espaces réservés à la vente de produits de première nécessité.

La patronne des JO n'envisage pas l'annulation malgré la recrudescence du virus à Tokyo

La présidente du comité d'organisation (TOCOG) des Jeux Olympiques de Tokyo a assuré vendredi que l'annulation des Jeux n'était pas envisagée. Seiko Hashimoto a déclaré lors d'une conférence de presse que la priorité du TOCOG est de préparer des mesures anti-virus suffisantes pour que le public puisse être assuré que les Jeux se déroulent en toute sécurité.

Plus tôt dans la journée, elle a déclaré que le comité tiendrait une réunion de haut niveau la semaine prochaine avec le Comité international olympique (CIO) et trois autres organisateurs pour discuter de la présence des spectateurs nationaux.

Seiko Hashimoto a déclaré qu'elle souhaitait convenir d'une politique de base concernant le nombre de spectateurs nationaux autorisés à pénétrer sur les sites des JO en organisant d'ici la fin du mois une réunion en ligne à cinq, à laquelle participeront également le Comité international paralympique, ainsi que le gouvernement central et le gouvernement métropolitain de Tokyo.

Toutefois, elle a laissé entendre mercredi que les organisateurs pourraient ne pas prendre de décision définitive sur la question des spectateurs avant le mois de juin en raison de la nécessité de suivre de près la situation des infections au Japon.

Les cinq organismes organisateurs ont décidé le mois dernier de tenir les Jeux Olympiques et paralympiques de Tokyo sans spectateurs étrangers dans le cadre des efforts visant à empêcher la propagation du virus pendant les Jeux.

Mme Hashimoto a également déclaré que les organisateurs prévoyaient de publier la semaine prochaine la seconde version du "playbook" destinées aux athlètes concernant les directives Covid-19.