La Turquie a annoncé mercredi avoir lancé des poursuites contre vingt Saoudiens, dont deux proches du prince héritier Mohammed ben Salmane, à l'issue d'une enquête de plus d'un an sur le meurtre de l'éditorialiste Jamal Khashoggi. Khashoggi, un collaborateur du Washington Post et critique du régime saoudien après en avoir été proche, a été assassiné et son corps découpé en morceaux en octobre 2018 dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul où il s'était rendu pour récupérer un document.

Ce meurtre a plongé l'Arabie Saoudite dans l'une de ses pires crises diplomatiques et terni l'image du prince héritier Mohammed ben Salmane, dit "MBS", désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire du meurtre.

Mercredi, le bureau du procureur général d'Istanbul a annoncé dans un communiqué que l'enquête turque sur cette affaire était arrivée à son terme et qu'un acte d'accusation avait été préparé.

Dans cet acte d'accusation, deux proches de MBS, l'ex-conseiller Saoud al-Qahtani et l'ancien numéro deux du renseignement, le général Ahmed al-Assiri, sont identifiés comme les commanditaires du meurtre, selon la même source.

Ils sont accusés d'avoir ordonné un "homicide volontaire prémédité avec l'intention d'infliger des souffrances". Dans le même document, 18 autres suspects sont accusés d'avoir pris part au meurtre.

Les vingt suspects risquent la prison à vie.