Un vingtaine de policiers, soldats et miliciens pro-gouvernementaux ont été tués dans deux assauts des talibans, ont indiqué lundi des responsables, alors que Kaboul et les insurgés se préparent à des discussions inédites afin de définir l'avenir du pays en guerre depuis 40 ans. 

Dans la province de Takhar (Nord-Est), "les talibans ont attaqué plusieurs postes de police et la maison du chef de police du district", a déclaré à l'AFP Khalil Assir, le chef de la police de la province. Six soldats ainsi que 13 policiers et miliciens anti-gouvernementaux ont été tués dans l'assaut qui a duré cinq heures, a-t-il précisé.

Un mariage était en cours dans la maison du chef de police mais "la police l'a bravement défendue et empêché les talibans d'atteindre la célébration", en tuant certains, a ajouté M. Assir.

Selon Mohammad Azam Afzali, un membre du conseil de la province, les combats ont duré au moins 7 heures, et 17 policiers et miliciens ont été tués par les insurgés, qui ont capturé plusieurs avant-postes.

Les talibans n'ont pas encore officiellement réagi.

Dimanche soir, six soldats ont été tués dans une autre attaque des rebelles, contre un poste de l'armée afghane dans la province de Zaboul (Sud), selon un communiqué du ministère de la Défense.

Ces violences interviennent alors que les tractations se poursuivent en vue de démarrer des négociations entre le gouvernement afghan et les talibans.

Ces derniers ont accepté de discuter avec Kaboul dans un accord signé avec les États-Unis à Doha le 29 février, mais ce dialogue, censé débuter à Oslo le 10 mars, a été retardé par des désaccords, notamment au sujet d'un échange de prisonniers et de la composition de l'équipe de négociateurs proposée par le gouvernement afghan.

Aucune nouvelle date d'ouverture de ces négociations inter-afghanes n'a été annoncée.