Au moins 25 civils ont été tués et huit blessés dans l’assaut contre un temple hindou-sikh (seuls 1 000 sikhs et hindous vivent en Afghanistan, pays presque entièrement musulman) du centre de Kaboul. Une nouvelle attaque contre les minorités religieuses revendiquée par le groupe État islamique (EI) en Afghanistan.

Les prières avaient démarré quand "un homme vêtu d’un uniforme de policier et portant une Kalachnikov est entré dans la salle. Il a d’abord tiré sur le garde, puis sur un jeune enfant qui était proche de lui", a raconté à l’AFP Raju Singh Sonny, un fidèle. "D’autres assaillants ont alors pénétré dans l’immeuble et ils sont allés de pièce en pièce tirer sur les gens", a poursuivi ce témoin qui a réussi à s’enfuir, mais dont de nombreux proches sont restés coincés dans le temple. Les talibans ont rapidement nié tout lien avec cet assaut. "L’attaque n’a rien à voir avec nous", a déclaré sur Twitter leur porte-parole Zabihullah Mujahid. L’État islamique a multiplié les attentats dans la capitale afghane, souvent contre les minorités religieuses. Début mars, il a revendiqué une attaque contre un rassemblement politique de la minorité hazara, dont les membres sont très majoritairement chiites. Une trentaine de personnes avaient alors été tuées. (AFP)