Les autorités "ont entamé le 25 mars une nouvelle procédure, l'accusant d'avoir violé la loi sur les secrets d'Etat", a dit à l'AFP Khin Maung Zaw. Aung San Suu Kyi, mise au secret par l'armée depuis son arrestation au moment du coup d'Etat du 1er février, est aussi accusée de corruption et a été inculpée à plusieurs reprises notamment d'"incitation aux troubles publics".