De nouvelles règles édictées par le ministère de l'Education interdisent à l'école les punitions humiliantes pour les élèves. Elles renforcent également l'interdiction déjà existante sur les châtiments corporels. 

La bastonnade ou le fait d'obliger des élèves à rester debout ou agenouillés sur le sol des heures durant font partie des pratiques interdites, de même que les insultes.

Les élèves sont dorénavant encouragés à écrire une lettre d'excuses ou à effectuer des tâches dans la salle de classe pour des écarts mineurs, par exemple avoir oublié de faire ses devoirs.

Ceux qui ont commis des actes plus graves, comme du harcèlement, peuvent être temporairement exclus ou se voir conseiller un suivi psychologique.

L'interdiction en Chine des châtiments corporels remonte à 1986 mais sa mise en oeuvre a été erratique et les parents ferment souvent les yeux sur cette pratique.

Le ministère n'a pas précisé comment il envisage de punir les enseignants qui ne respectent pas ses directives.

Les médias publics chinois rapportent régulièrement des cas d'enfants qui meurent après avoir été battus par un professeur ou qui se suicident après avoir subi des humiliations publiques à l'école.

Une nouvelle loi sur l'éducation familiale interdisant les châtiments corporels devrait également être adoptée lors de la session plénière annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP, le Parlement chinois) qui s'ouvre vendredi.