La femme de 37 ans avait pris des médicaments contre la fièvre avant son embarquement aux Etats-Unis à destination de la Chine, a précisé le Global Times. Elle n'a fait part de ses symptômes qu'après avoir atterri à Pékin, avant d'être testée positive. Soixante-trois contacts proches ont dû être placés en quarantaine à la suite de ce cas.

Cet acte constitue une violation des règles sanitaires imposées par la Chine et a entraîné un risque élevé de propager le virus, a statué le tribunal en octobre, cité mercredi par le Global Times. La trentenaire a été condamnée à un an de prison et un an de mise à l'épreuve pour obstruction à la prévention d'une maladie infectieuse.

La Chine a pris des mesures contre le coronavirus parmi les plus sévères au monde. Berceau de la pandémie, le pays a largement endigué l'épidémie depuis le printemps 2020 grâce à de strictes restrictions: confinement par quartier voire région, quarantaine obligatoire de minimum deux semaines, dépistages massifs, limitations de voyage, etc. Mais de petits foyers localisés ont éclaté ces dernières semaines. Mercredi, les autorités rapportaient 75 nouvelles contaminations.

La Chine a plusieurs fois été critiquée pour n'avoir pas immédiatement alerté sa population ni imposé de confinement au tout début de la pandémie, lorsque les transmissions interhumaines n'étaient pas encore confirmées.