Le télétravail en Chine augmente fortement à cause du coronavirus. Technologiquement parlant, le pays a tout ce qu'il faut pour répondre aux différents besoins que demande le travail à domicile. Au niveau de la confiance accordée par les employeurs aux employés, c'est une autre histoire.

Dans de nombreuses entreprises, il est désormais possible d'effectuer quelques jours de travail à son propre domicile. Un avantage donné aux travailleurs qui résulte d'une belle confiance liée entre l'employé et l'employeur. En Chine, l'application du télétravail s'est fortement accentuée ces dernières semaines avec l'épidémie de coronavirus qui a tué plus de 2.000 personnes depuis son apparition dans le pays. Le degré de confiance accordé aux travailleurs en télétravail n'est toutefois pas le même chez nous qu'en Asie.

En effet, comme le révèle le site Quartz at Work au travers de plusieurs témoignages recueillis sur divers forums, les employeurs recherchent toutes les astuces possibles pour avoir des preuves que leurs employés sont bien occupés à travailler de leur domicile. Une tendance qui s'est d'abord confirmée peu après la nouvelle année avec l'énorme succès rencontré par l'application DingTalk, imaginée par le géant du commerce électronique Alibaba, qui s'est retrouvée sur le podium des applications gratuites les plus téléchargées sous iOS. Il s'agit d'une plateforme de communication et de collaboration d'entreprise.

Tencent, l'entreprise spécialisée dans les services internet et mobiles qui est basée à Shenzhen, par exemple, a déclaré le dimanche 9 février dernier que ses employés en Chine continentale devaient continuer à travailler de chez eux jusqu'au 24 février.

Alibaba a également demandé aux employés de continuer à travailler de la maison jusqu'à nouvel ordre, tout comme le fabricant de drones DJI. Cependant, certaines entreprises tentent de faire revenir leurs employés au bureau. Le géant des moteurs de recherche Baidu a autorisé des petits groupes d'employés à retourner au bureau la semaine dernière, mais tous devaient montrer patte blanche et avoir l'approbation des superviseurs en justifiant qu'ils étaient en quarantaine depuis plus de 14 jours s'ils avaient voyagé dans la province de Hubei.

"Ce n'est pas du travail à domicile, c'est une mise en quarantaine forcée"

Sur certains forums chinois, des travailleurs ont exprimé leur ahurissement face aux demandes de leurs supérieurs.

"Ce n'est pas du travail à domicile, c'est une mise en quarantaine forcée", a déclaré une technicienne basée à Pékin, qui a refusé de donner son nom car la politique de l'entreprise ne lui permet pas de parler à la presse. "Je n'ai même pas le temps de prendre un café et de voir des amis maintenant que je travaille à domicile."

"Je suis tellement en colère. Mon superviseur m'a demandé de leur envoyer un selfie toutes les demi-heures et de partager ma position en temps réel avec eux en utilisant WeChat ... Je soupçonne que mon manager ne me fait pas vraiment confiance. Que devrais-je faire?" a demandé l'utilisateur prénommé Chen Renyi, qui s'est identifié comme travaillant pour une entreprise de médias à Pékin.

Dans un autre post, le pseudo Wu Tiantian, qui travaille pour une société Internet, s'est plaint que son salaire avait été déduit parce qu'il portait un pyjama alors qu'il assistait à une vidéoconférence pour son l'entreprise. Wu a également joint une capture d'écran montrant quelques règles à suivre de la part de l'employeur pour l'employé en télétravail. Celui-ci doit notamment assister à deux vidéoconférences tous les jours (l'une à 9 heures l'autre à 18 heures) et doit répondre aux messages liés au travail dans les 10 minutes sur l'application DingTalk.

Les témoignages se suivent et se ressemblent. Certains sont mêmes parfois assez édifiants. Un employé, qui indique travailler pour l'industrie agroalimentaire, affirme qu'il doit se filmer lorsqu'il travaille. "Afin d'être analysé sur ma méthode de travail" indique Wei Fangyi.

Toutes ces règles et obligations demandées par les employeurs font la part belle aux grandes entreprises de télécoms et d'internet. Le nombre de téléchargements d'applications explose et des applications "sur mesure" ont même été créées pour garantir la meilleure communication... et surveillance possible en télétravail.