Ce congrès est le premier en cinq ans et seulement le huitième de l'histoire de la Corée du Nord. Il est organisé deux semaines avant l'entrée en fonction du président américain élu, Joe Biden, alors que les relations avec les Etats-Unis sont dans l'impasse.

Le 8e congrès du Parti des travailleurs de Corée (WPK) s'est ouvert mardi à Pyongyang en présence de 7.000 délégués et participants, dont aucun ne portait de masque, selon les photos diffusées par l'organe du parti, Rodong Sinmum.

Dans son discours, le guide suprême nord-coréen a fait le constat de l'échec du plan quinquennal de développement économique, adopté lors du dernier congrès de 2016, déclarant que ses résultats étaient "très en deçà de nos objectifs dans presque tous les domaines", a rapporté l'agence officielle nord-coréenne KCNA, reçue à Séoul

La Corée du Nord souffre d'une mauvaise gestion chronique de son économie et le plan précédent a été discrètement abandonné l'an dernier.

"Nous avons l'intention d'analyser en profondeur (...) nos expériences, leçons et les erreurs commises", a ajouté Kim Jong Un, vêtu d'un costume noir et arborant à son revers les effigies de ses père et grand-père, qui l'ont précédé à la tête de la Corée du Nord.

KCNA ne donne aucune précision sur le type d'"erreurs", auxquelles se réfère le leader nord-coréen.