Les pluies torrentielles qui ont accompagné le passage la semaine dernière de Maysak ont provoqué des inondations et d'importants dégâts sur le littoral est. Il a été suivi en début de semaine par le typhon Haishen.

Maysak "a détruit ou inondé" plus de 2.000 maisons et des dizaines de bâtiments publics dans les régions touchées, a affirmé KCNA.

Une soixantaine de kilomètres de routes et 59 ponts se sont effondrés alors que plus de 3.500 mètres de voies ferrées ont été "emportées", a précisé la même source.

La tempête Maysak a contraint les autorités "à changer de cap" en termes de planification centrale prévue "d'ici la fin de l'année", a déclaré le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un au haut comité du Parti des Travailleurs au pouvoir, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Aucun détail n'a cependant été donné à ce sujet.

Les catastrophes naturelles provoquent généralement davantage de dégâts en Corée du Nord qu'en Corée du Sud, en raison notamment de la fragilité des infrastructures nord-coréennes. Le pays est en outre très vulnérable au risque d'inondations du fait de la déforestation.

Dimanche, M. Kim a donné l'ordre à 12.000 membres de son parti, basés à Pyongyang, de venir en aide à deux provinces rurales qui ont subi d'importants dégâts lors du passage de Maysak.

Ils ont pris part mardi à un rassemblement à Pyongyang avant d'être dépêchés dans ces régions.

M. Kim leur a donné jusqu'au 10 octobre, jour du 75ème anniversaire de la fondation du parti au pouvoir, pour terminer leur mission.