Les ouvriers d'une usine géante de production d'iPhones dans le centre de la Chine seront placés en quarantaine pour au moins une semaine à leur retour de congés pour contrer les contagions au nouveau coronavirus, a indiqué jeudi le géant taïwanais de l'électronique Foxconn, principal fournisseur de l'américain Apple.

Foxconn avait précédemment indiqué que l'une de ses principales bases de production en Chine, à Zhengzhou (centre), surnommée "iPhone City", reprendrait ses opérations le 10 février, en raison d'une prolongation des congés du Nouvel an lunaire face à l'épidémie.

Mais le groupe taïwanais a annoncé jeudi que ses ouvriers, quelle que soit leur région d'origine, seraient placés en quarantaine pour une période allant de sept à quatorze jours dès leur retour de congés. L'entreprise dit se conformer aux instructions des autorités locales.

On ignore combien de salariés seraient concernés. Foxconn est le plus grand employeur du secteur privé en Chine, avec plus d'un million de personnes travaillant dans ses quelque 30 usines et installations de recherche dans le pays.

Dans presque toute la Chine, les autorités ont enjoint aux entreprises et usines de rester fermées jusqu'au 9 février au moins afin d'endiguer l'épidémie de pneumonie virale qui a fait plus de 560 morts dans le pays.

Foxconn, dont le nom officiel est Hon Hai Precision Industry, est le plus grand assembleur mondial d'appareils électroniques. Nombre d'entreprises technologiques dépendent de lui pour la fabrication d'objets de grande consommation, des iPhones d'Apple aux téléviseurs à écran plat en passant par les ordinateurs portables.

Le groupe taïwanais s'est efforcé de rassurer ses clients quant au risque d'une rupture de la chaîne d'approvisionnement, assurant avoir déjà été confronté par le passé à une épidémie virale, le Sras en 2003.

Pour autant, Foxconn a révisé en forte baisse sa prévision de croissance des ventes en 2020, anticipant une progression comprise entre 1% et 3%, contre une fourchette de 3% à 5% attendue précédemment, a indiqué son président Young Liu, cité par l'agence Bloomberg.

Taïwan, de son côté, a fait état de 11 cas confirmés de contamination au coronavirus, et Taipeï a annoncé jeudi interdire désormais l'entrée à tous les étrangers s'étant rendus en Chine continentale, à Hong Kong ou Macao dans les quatorze derniers jours.