A l'heure où les Etats-Unis, l'Italie et d'autres pays européens subissent de plein fouet l'épidémie de coronavirus, le doute plane sur le nombre de morts réels qu'a dû déplorer la Chine.

Certains ne comprennent pas pourquoi la Chine n'a comptabilisé "que" 3.300 morts par rapport à l'Italie qui en compte déjà 10.000, à l'Espagne qui en est à presque 6.000 ou encore à la France qui en compte, à l'heure d'écrire ces lignes, 2.300.

Pour Patrick Berche, professeur émérite de microbiologie et ancien directeur de l'institut Pasteur, "il est fort probable que la Chine ait revu sa mortalité à la baisse". "La mortalité annoncée par les Chinois a, à mon avis, été certainement sous-estimée", a-t-il déclaré au micro d' Europe 1 . "On a beaucoup de mal à croire qu'un pays, même avec des mesures de confinement, ait si peu de morts. D'après certains témoignages, il y a eu beaucoup plus de morts mais on a minimisé ces chiffres."

Des photos publiées cette semaine par le journal chinois Caixin tendent en tout cas à confirmer les dires de l'expert.

Des milliers d'urnes

Alors que Wuhan se rouvre peu à peu au monde, après deux mois de quarantaine , ses habitants en profitent pour aller chercher l'urne contenant les cendres de leur proche, décédé des suites de cette maladie. Comme le pointe la RTBF, de gigantesques files d'attente se créent dès lors devant les funérariums de la ville, ce qui contribue à faire douter de l'ampleur réelle de l'épidémie.

Sur la photo ci-dessous, publiée par le journal chinois Caixin, on aperçoit 3.500 urnes collées les unes aux autres. Si le journal, qui a lui-même fait le décompte, précise ne pas savoir si toutes les urnes sont remplies, il fait également état d'un camion qui aurait amené 5.000 urnes en deux jours à un seul des nombreux funérariums que compte Wuhan.

Interrogée par le journal chinois, Liu (prénom d'emprunt) leur confirme avoir fait la file "pendant six heures" pour récupérer les restes de son père décédé "indirectement du Covid-19". Ce dernier, atteint d'un cancer du cerveau, est en effet mort après avoir été renvoyé chez lui pour faire de la place aux malades du coronavirus.

Pour essayer d'avoir accès aux vrais chiffres, le journal Bloomberg a tenté de joindre huit funérariums de la ville de Wuhan. Six d'entre eux ont répondu qu'ils n'avaient pas de données chiffrées sur les urnes ou qu'ils n'étaient pas autorisés à divulguer les chiffres. Les deux derniers n'ont pas donné suite à leurs appels.

Pourquoi le nombre de morts a été sous-estimé

Selon le gouvernement chinois, 2.535 personnes sont mortes à Wuhan, la ville la plus touchée par la maladie. Mais le nombre de morts est en réalité plus élevé. Pour au moins deux raisons. D'une part, de nombreuses personnes décédées après avoir souffert de symptômes semblables au Covid-19 n'ont jamais été testées. Officiellement, elles ne sont donc pas mortes du Covid-19. D'autre part, d'autres personnes, comme le père de Liu, sont mortes de ne pas avoir eu de places dans les hôpitaux surchargés de patients atteints du coronavirus. Celles-là non plus ne sont pas reprises dans le décompte officiel.

Si le nombre de morts a donc été clairement sous-estimé, les vrais chiffres risquent de rester inconnus un long moment encore...

"Si autant de personnes doutent des chiffres officiels, c’est que la Chine a perdu la bataille de la communication", explique Le Monde qui rappelle qu'avant cela le pays avait nié l'importance et l'existence de la crise pendant trois semaines et fait taire ceux qui avaient voulu alerter le reste du monde sur les dangers du coronavirus.