S'il y a une chose qui frappe sur les photos officielles du dirigeant nord-coréen supervisant au milieu d'officiers les derniers exercices militaires du régime reclus, c'est que Kim Jong Un est le seul à ne pas porter de masque.

Le chef du régime reclus a selon la propagande officielle assisté à de nombreux tirs de roquettes et d'artillerie ces dernières semaines, au moment où son pays s'échine à se protéger de la pandémie de Covid-19 qui a semé le chaos dans le monde entier, en particulier en Chine et en Corée du Sud, deux voisins de la Corée du Nord.

Pyongyang n'a fait aucune annonce sur une éventuelle propagation du nouveau coronavirus sur son sol. Mais des milliers de personnes -dont les ressortissants étrangers- ont été placées en quarantaine. Et la Corée du Nord a fermé ses frontières.

Les médias officiels ont lancé une importante campagne de communication pour rappeler à la population les bonnes mesures d'hygiène et les images qui sortent de Pyongyang montrent que les Nord-Coréens portent, tous, des masques chirurgicaux.

Tous, sauf un.

Le Rodong Sinmun, organe du parti des travailleurs au pouvoir, et l'agence officielle nord-coréenne KCNA ont diffusé au moins quatre fois ces deux dernières semaines des photos de Kim Jong Un supervisant des exercices de tir dans une tente, une tranchée ou un abri.

Il y est toujours coiffé d'une épaisse ouchanka noire mais ne porte jamais de masque, contrairement aux militaires qui l'entourent.

Le Nord contrôle étroitement l'image de son leader et les experts de la politique nord-coréenne s'accordent à dire que cette absence de masque est tout sauf fortuite.

"Pas peur du virus" 

"Il se peut qu'il veuille montrer à la population qu'il n'a pas peur du virus, qu'il est au-delà du risque de contamination", avance Rachel Minyoung Lee, du site spécialisé NK News.

"C'est totalement cohérent avec le credo de la propagande nord-coréenne, qui est de dire que le leadership de Kim est à tous les égards exceptionnel."

Dire que M. Kim se met en porte-à-faux avec les consignes sanitaires du régime n'aurait selon elle aucun sens: "Les Nord-Coréens savent qu'il ne boxe pas dans la même catégorie."

Koh Yu-hwan, professeur à l'Université Dongguk des études nord-coréennes, estime que montrer M. Kim avec un masque "serait néfaste pour son charisme (...) car cela donnerait l'impression qu'il est une espèce de poltron qui aurait peur d'attraper le virus."

"Leur objectif est de projeter l'image d'un Kim insensible au coronavirus car il est de la lignée Paektu".

Celle-ci est un terme renvoyant à la dynastie des Kim qui dirige depuis plus de 70 ans la Corée du Nord.

Le nom renvoit au Mont Paektu, berceau légendaire du peuple coréen, volcan endormi à la frontière avec la Chine où la propagande nord-coréenne situe le lieu de naissance du père de M. Kim, Kim Jong Il, propre fils et successeur du fondateur du régime Kim Il Sung.

L'année dernière, Kim Jong Un a deux fois été photographié sur un cheval blanc sur le Mont Paektu, comme pour mieux s'approprier l'héritage de son grand-père.

Le régime nord-coréen aime à comparer le petit-fils et son grand-père, en jouant de leur vague ressemblance physique entre autres.

L'ouchanka que portait Kim Jong Un sur les récentes photos rappelait d'ailleurs fortement celle qu'arborait Kim Il Sung sur de vieux clichés qui ont servi de modèle pour un timbre émis en 2013.