Les violentes explosions qui ont secoué Beyrouth mardi ont fait au moins 137 morts, alors que des dizaines de personnes restent portées disparues, a déclaré jeudi à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé.

"Jusqu'à présent, le bilan est de plus de 137 morts et plus de 5.000 blessés", a indiqué Rida Moussaoui, précisant qu'un nouveau bilan pourrait être annoncé dans la journée. Les énormes explosions, dues selon les autorités à un incendie dans un entrepôt abritant une énorme quantité de nitrate d'ammonium au port de Beyrouth, ont également fait quelque 300.000 sans-abri.

Une diplomate allemande a été tuée dans l'explosion. Le ministre des Affaires étrangères parlait ce  jeudi de "deuil" pour la diplomatie allemande. "Nos pires craintes ont été confirmées. Une membre de notre ambassade à Beyrouth est morte dans son appartement à la suite de l'explosion. Tous les membres du ministère des affaires étrangères sont en deuil de leur collègue", a déclaré le ministre Heiko Maas dans un communiqué.

"Mes remerciements vont à tous ceux qui, comme notre défunt collègue, prennent chaque jour de grands risques personnels dans le monde entier au service de notre pays", a-t-il ajouté.

Mardi, le ministère des Affaires étrangères allemand avait déjà indiqué que des membres du personnel de son ambassade à Beyrouth, située non loin du port, avaient été blessés, sans pouvoir donner plus de détails.

La chancelière Angela Merkel s'était dite "choquée" par ces incidents et avait exprimé ses "pensées à ceux qui ont perdu des êtres chers" et souhaité "un prompt rétablissement aux blessés".

Établir les responsabilités

Les autorités libanaises ont donné quatre jours à un "comité d'investigation" pour établir les responsabilités dans les explosions qui ont provoqué mardi des scènes de dévastation à Beyrouth, a annoncé jeudi le chef de la diplomatie Charbel Wehbé, sur la radio française Europe 1. "Depuis ce matin, une décision été prise de créer un comité d'investigation, qui a quatre jours maximum pour donner un rapport détaillé sur les responsabilités. Comment, qui, quoi, où ? Il y aura des décisions judiciaires, c'est grave et on prend ça au sérieux", a expliqué le ministre libanais des Affaires étrangères. "Les coupables de ce crime affreux de négligence seront punis par un comité de juges", a-t-il ajouté.

Le gouvernement avait réclamé mercredi l'assignation à résidence des personnes responsables du stockage dans le port de la capitale libanaise d'une grande quantité de nitrate d'ammonium, une substance entrant dans la composition de certains engrais mais aussi d'explosifs.

"C'est un accident (...), les rapports préliminaires indiquent que c'est une mauvaise gestion de produits explosifs. C'est une très grave négligence qui s'est poursuivie pendant six ans", a affirmé jeudi M. Wehbé.

L'aide internationale commence à arriver au Liban, de France, d'Egypte et de pays du Golfe notamment.


Emmanuel Macron se rend sur place

Le président français Emmanuel Macron est arrivé jeudi au Liban, première visite d'un chef d'Etat étranger depuis les explosions qui ont dévasté des quartiers de Beyrouth, faisant plus de 137 morts, selon l'Elysée. M. Macron, qui doit rencontrer les principaux dirigeants libanais, veut "démentir que le Liban", touché par une crise politique et économique, "est seul, coulé, près de disparaître", selon la présidence française.


Il se rendra ensuite directement au port, lieu des déflagrations. Au moins 21 français ont trouvé la mort lors du drame.