"Les ministres des Affaires étrangères ont reconnu l'importance d'ouvrir les frontières, de réunir les familles et de mettre en place des mesures permettant de faire prospérer l'économie", est-il précisé dans le texte.

Les ministres ont également discuté de "l'importance de coordonner les mesures de précaution" aux frontières lors d'une réunion virtuelle présidée par l'Arabie saoudite.

Le royaume riche en pétrole, qui a suspendu les voyages internationaux depuis des mois pour tenter de juguler l'épidémie sur son sol, préside cette année le G20.

"Rouvrir les frontières, avec toutes les mesures de précaution nécessaires (...) aidera la population et nos économies à prospérer", a commenté le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane, cité dans le communiqué.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fait part d'inquiétudes grandissantes concernant les restrictions de voyage actuelles, qui "pourraient durer plus longtemps que la crise immédiate".

Il a pressé les ministres du G20 de se mettre d'accord sur "des critères communs" pour lever les restrictions, en se basant sur une approche scientifique.

Il a également demandé aux ministres du G20 de renforcer les investissements pour soutenir les "voyages sûrs", en mettant notamment en place des mesures pour renforcer le dépistage et le traçage des cas de nouveau coronavirus.

La pandémie a fait plus de 800.000 morts et plus de 26 millions de cas ont été recensés depuis décembre tandis que les indicateurs économiques continuent de plonger à travers le monde.