La capitale de la république auto-proclamée du Haut-Karabakh, Stepanakert, a été la cible de nombreux bombardements pendant toute la nuit de mardi à mercredi, a constaté un journaliste de l'AFP. A intervalles réguliers, presque toutes les heures, les sirènes d'alerte ont résonné dans la ville, plongée dans une obscurité quasi-totale.

S'en suivaient à chaque fois une succession de lourdes explosions, dont il n'était pas possible de déterminer avec exactitude la nature: roquette, missile, artillerie ou bombardement aérien.

Selon un habitant intererogé par l'AFP, il s'agit cependant sans aucun doute de la nuit de bombardements la plus intense depuis ce weekend, depuis que les forces azerbaïdjainaises prennent pour cible Stepanakert, ville de 55.000 habitants à près de 1.000 mètres d'altitude dans les montagnes du Karabakh.

Ces bombardements se poursuivaient au lever du jour. Le bilan de la nuit, matériel ou humain, est pour l'instant inconnu.