La cathédrale arménienne de Chouchi, l’une des plus grandes d’Arménie, a été touchée et endommagée jeudi par plusieurs obus tirés par les forces azerbaïdjanaises, affirment les autorités du Haut-Karabakh.

Celles-ci ont diffusé via l’agence de presse Armenpress, des photos de l’église endommagée. On y voit un trou béant dans la voûte, des bancs défoncés parmi des débris, des vitraux soufflés mais un édifice globalement préservé.

« Vandalisme », s’est insurgé le président de cette région autonome Arayik Harutyunyan. « Nous allons la reconstruire ».

Bakou a démenti toute frappe sur la cathédrale. "L'armée azerbaïdjanaise ne vise pas les bâtiments et monuments historiques, culturels et tout particulièrement religieux", a déclaré le ministère azéri de la Défense.

Mais un peu plus tard, selon Erevan, une nouvelle frappe touchait l'édifice religieux, blessant des journalistes russes sur place.

Une cathédrale détruite et reconstruite

La cathédrale de Ghazanchetsots (Saint-Sauveur) été construite entre 1868 et 1887 et a connu des sorts divers durant les guerres qui ont frappé cette région disputée.

Elle a été endommagée en mars 1920 lors des pogroms anti-arméniens et fermée dix ans plus tard lors de la période soviétique, lorsque la religion était bannie. Durant la guerre du Haut-Kararbakh dans les années 90, l’armée azerbaïdjanaise y avait même entreposé des centaines de missiles Grad, espérant que l’armée arménienne n’y toucherait pas.

Durant les combats à Chouchi, l’armée azerbaïdjanaise était assistée d’une centaine de djihadistes tchétchènes, dont un certain Chamil Bassaiev qui allait devenir plus tard en 2004, l’organisateur des attentats de Beslan en Ossétie du Nord, qui firent 350 morts.

L’édifice religieux a été rénové dans les années 1997-98 grâce, notamment, aux dons de la diaspora arménienne. Elle est le siège du diocèse local de l’église apostolique.

© AFP

La symbolique de Chouchi, l'ancienne "Jérusalem du Haut-Karabakh"

La chute de la ville au profit des Arméniens en 1992 a été un tournant majeur de la guerre du Haut-Karabakh. Pour cette raison, Chouchi est aujourd’hui un objectif symbolique de l’armée azerbaïdjanaise. Car la ville était ethniquement mixte, azérie et arménienne. Elle était parfois surnommée « la Jérusalem du Haut-Karabakh».

Chouchi a été plusieurs fois bombardée ces derniers jours, notamment un centre culturel où s’étaient réfugiés des soldats et policiers arméniens. Au moins six à sept d’entre eux ont été tués, et beaucoup blessés, selon un témoin interrogé par le quotidien britannique The Telegraph.

Bakou est particulièrement irrité de la décision du président arménien de transférer le parlement de la région auto-proclamée de Stepanakert à Chouchi.

Selon l’AFP, Le bilan officiel des hostilités depuis le 27 septembre est de 300 à 400 morts, dont une cinquantaine de civils. Mais il reste très partiel, Bakou n'annonçant pas ses pertes militaires.