La Chine a ouvert mercredi un nouvel organe de sécurité nationale à Hong Kong, a annoncé l'agence de presse officielle chinoise Chine Nouvelle.

Ces bureaux permettront à des agents du renseignement chinois d'agir ouvertement pour la première fois dans l'ex-colonie britannique. Cette ouverture a été qualifiée de "moment historique" par la cheffe de l'exécutif de la ville Carrie Lam. "L'organe de sécurité nationale du gouvernement central dans la région administrative spéciale de Hong Kong a été inauguré mercredi matin", a indiqué l'agence officielle chinoise Chine Nouvelle.

Les locaux de cette agence sont situés dans un hôtel, le Metropark Hotel. Un drapeau chinois a été déployé à l'extérieur du bâtiment et une plaque portant l'emblème de la Chine a été installée.

Pour l'inauguration, les forces de l'ordre avaient bloqué les voies d'accès à l'hôtel, entouré par un important dispositif de sécurité.

Une plaque portant le nom de cette agence de sécurité a été dévoilée tôt mercredi, en présence de représentants du gouvernement de Hong Kong et de la police, a rapporté un journaliste de l'AFP.

L'ouverture de ce bureau est "un moment historique", a déclaré la cheffe de l'exécutif de la ville Carrie Lam. "La cérémonie d'inauguration d'aujourd'hui est un moment historique car nous assistons à une nouvelle étape dans la mise en oeuvre d'un système juridique et d'un mécanisme qui permettra de maintenir la sécurité nationale à Hong Kong", a affirmé lors d'un discours à cette occasion Mme Lam.

Après les manifestations monstres de 2019 contre l'influence de Pékin, le régime du président Xi Jinping a annoncé en juin une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, perçue par l'opposition démocrate locale comme un moyen de la réduire au silence.

Le document stipulait qu'un organe de sécurité nationale serait institué et présidé par le chef de l'exécutif hongkongais. L'actuelle titulaire du poste, Carrie Lam, est dénoncée par ses adversaires comme étant une marionnette de Pékin.