Depuis la fin du mois de juillet, les animaux domestiques sont interdits en Corée du Nord. Pour tenter de justifier ce choix, Kim Jong-Un a expliqué que les animaux domestiques seraient le signe d'une "décadence occidentale” ainsi que le symbole d’une “tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise".

Selon le New York Post, les propriétaires d'animaux doivent donc s'en séparer immédiatement et aller les déposer dans un zoo ou dans un restaurant afin qu'ils soient mangés.

" Les autorités ont identifié certains ménages avec des chiens domestiques et les forcent à les abandonner. Sinon, ils les confisquent de force pour les abattre. Certains animaux sont envoyés dans des zoos gérés par l’État ou vendus à des restaurants de viande de chien ", a expliqué une source au journal sud-coréen Chosun Ilbo. Toujours selon le journal sud-coréen, “les gens ordinaires élèvent des porcs et du bétail sur leurs porches, mais les hauts fonctionnaires et les gens riches ont des chiens de compagnie, ce qui a attisé un mauvais sentiment parmi les classes inférieures”.

Toujours selon les médias sud-coréens, la justification de Kim Jong-Un ne serait qu’un prétexte pour pouvoir récupérer les chiens en vue de résoudre les pénuries de nourriture dans son pays. Actuellement plus de 60% de la population ferait face à des pénuries alimentaires selon l'ONU, et cela à cause de la baisse des changes commerciaux avec plusieurs pays.