Le leader nord-coréen Kim Jong Un a averti les principaux dirigeants du Parti des Travailleurs (au pouvoir) que son pays connaissait "une grave situation" économique et appelé à la mise en place de mesures d'urgence afin d'y remédier. Ses propos, rapportés lundi par des médias officiels, interviennent alors qu'une session plénière du parti s'est ouverte samedi, à quelques jours de l'échéance de l'ultimatum lancé pour la fin de l'année par Pyongyang à Washington.

Faute de progrès dans leurs discussions sur le programme nucléaire nord-coréen, Kim Jong Un a promis un "cadeau de Noël". Le leader nord-coréen, qui préside cette session, a affirmé que le moment était venu de donner "un tournant décisif" au développement économique de son pays.

Il a présenté aux dirigeants ainsi réunis des "tâches" à accomplir "afin de corriger de toute urgence la grave situation que rencontrent les principaux secteurs industriels de l'économie nationale", a rapporté lundi l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

La Corée du Nord ne publie jamais de statistiques économiques, les seuls chiffres disponibles concernant ses résultats financiers proviennent de l'étranger.

En juillet, la Banque centrale sud-coréenne a estimé que la croissance de l'économie du pays, soumis à des sanctions internationale, a baissé de 4,1% en 2018, soit la plus importante contraction depuis la famine dévastatrice dans les années 90.

Après un rapprochement en 2018, les négociations sur le programme nucléaire nord-coréen sont dans l'impasse depuis l'échec du sommet de Hanoï en février entre M. Kim et le président américain Donald Trump.

La Corée du Nord a récemment mené une série d'essais sur sa base de lancement de fusées de Sohae, après une succession de tirs de projectiles les semaines précédentes.