Des images de Kim Jong Un se promenant sur un cheval blanc dans un paysage enneigé du mont Paektu, montagne sacrée pour les Nords-Coréens située à la frontière avec la Chine, ont suscité des spéculations sur l'imminence d'une annonce politique majeure.

Ces images, diffusées par l'agence de presse nationale KCNA, accompagnent un texte évoquant les "nobles éclats" dans les yeux du jeune dirigeant nord-coréen et qualifiant sa promenade à cheval de "grand événement d'une importance fondamentale" pour le pays. 

Les responsables présents ont été convaincus qu'"il va y avoir une grande opération pour frapper à nouveau le monde d'étonnement et faire un pas en avant dans la révolution coréenne", selon l'agence. 

Des analystes ont estimé que cette promenade pouvait signaler une nouvelle direction dans la politique du pays. "Par le passé, M. Kim est allé sur le mont Paektu avant toute décision politique d'importance", observe Shin Beom-chul de l'Institut Asan des études politiques, à Séoul. M. Kim était monté sur cette montagne en décembre 2017, avant les ouvertures diplomatiques qui ont permis son sommet historique avec le président américain Donald Trump. 

Les négociations patinent depuis l'échec en février d'un deuxième sommet Kim-Trump et la Corée du Nord a fait monter la tension avec une série de tests de missiles. 

Des images de dirigeants montés sur des chevaux blancs traversant des sommets enneigés, en particulier au mont Paektu, ont hanté affiches et portraits au temps du père de M. Kim, Kim Jong Il, et de son grand-père, Kim Il Sung. Pour B.R. Myers, expert en propagande nord-coréenne et professeur à l'Université Dongseo en Corée du Sud, ces images évoquent le thème impérial d'un dirigeant protecteur de la pureté de la nation face aux forces corruptrices venues de l'extérieur.

"La situation du pays est difficile en raison des sanctions incessantes et de la pression des forces hostiles, et de nombreuses difficultés et épreuves sont devant nous", a déclaré M. Kim selon l'agence. La Corée du Nord a été frappée de plusieurs séries de sanctions par l'Onu pour ses programmes d'armement nucléaire et de missiles. Des discussions engagées en Suède entre Pyongyang et Washington sur le programme nucléaire nord-coréen se sont terminées début octobre dans une impasse, la Corée du Nord accusant les États-Unis d'avoir fait échouer les consultations et ces derniers affirmant au contraire qu'elles avaient été "bonnes".