L'épicentre du tremblement de terre, qui a eu lieu dans l'après-midi, a été détecté à 45 kilomètres de Malang, une agglomération de près de trois millions d'habitants.

Le séisme, enregistré à une profondeur de 82 km, a entraîné d'importants dégâts sur des centaines d'habitations ainsi que de nombreux bâtiments publics.

"Selon les dernières informations, sept personnes ont trouvé la mort, deux ont été sérieusement blessées et dix autres ont à déplorer des blessures moins graves", a détaillé le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Raditya Jati.

Plusieurs villages de la zones ont également été évacués, a-t-il ajouté.

Des images diffusées ont montré un plafond effondré dans un hôpital ainsi que des débris sur le sol du parlement local à Blitar, au sud-ouest de Malang.

"Je venais de terminer ma prière et étais en train de me changer quand tout à coup tout s'est mis à trembler", a raconté à l'AFP une de ses habitantes, Ida Magfiroh, "cela a été assez fort et a duré plutôt longtemps. Tout balançait".

 Après l'ouragan

Cette nouvelle catastrophe naturelle intervient alors que le pays pansait ses plaies après un violent ouragan qui a frappé l'est de l'archipel dans la semaine, faisant plus de 200 morts.

L'Indonésie est régulièrement confrontée à des tremblements de terre ou des éruptions volcaniques, du fait de sa position sur la "ceinture de feu" du Pacifique, où les plaques tectoniques entrent en collision.

En 2018, l'île de Lombok et l'île voisine de Sumbawa avaient été frappées par un violent tremblement de terre, entraînant la mort de plus de 550 personnes.

La même année, un autre séisme d'une magnitude de 7,5 avait provoqué un tsunami qui avait frappé Palu, sur l'île de Sulawesi, entraînant la mort ou la disparition de 4.300 personnes.

L'île de Java avait pour sa part été touchée par un séisme de magnitude 6,3 en 2006, près de la ville de Yogyakarta (centre), provoquant environ 6.000 morts et des dizaines de milliers de blessés.

Un an plus tôt, un séisme de magnitude 8,7 frappant la côte de Sumatra, régulièrement touchée, a tué plus de 900 personnes, faisant par ailleurs 6.000 blessés.

Mais le pays reste marqué par le tremblement de terre du 26 décembre 2004 d'une magnitude de 9,1 au large des côtes de Sumatra, provoquant un important tsunami qui avait entraîné la mort de 220.000 personnes dans toute la région, pour environ 170.000 pour la seule Indonésie.

Il s'agit d'une des catastrophes naturelles les plus meurtrières jamais enregistré.