La Corée du Nord a procédé jeudi à un nouveau test réussi d'un important système de lancement de "missiles multiples", a annoncé vendredi l'agence officielle nord-coréenne KCNA, dernier geste en date de Pyongyang dans le bras de fer sur le nucléaire qui l'oppose aux Etats-Unis et à Séoul notamment.

Les militaires sud-coréens avaient annoncé jeudi que la Corée du Nord avait lancé deux missiles à courte portée de la province de Pyongyan sud. Leur trajectoire a été approximativement de 370 kilomètres.

Il s'agissait du premier tir depuis le 2 octobre, date à laquelle la Corée du Nord avait annoncé avoir procédé au tir d'un missile depuis la mer.

Si confirmé, des capacités de la part de la Corée du Nord de pouvoir tirer des missiles depuis des sous-marins pourraient remettre en cause l'équilibre militaire sur la péninsule coréenne.

Le test de jeudi avait pour objectif de "vérifier la sécurité des mises à feu des lanceurs", selon KCNA.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a exprimé sa "satisfaction (...) et adressé ses félicitations" à l'équipe concernée, a poursuivi KCNA.

Les discussions sur la question nucléaire entre Washington et Pyongyang sont actuellement dans l'impasse.

Pyongyang est sous l'effet de nombreuses sanctions internationales sur le nucléaire et son programme de missiles ballistiques, nécessaires, selon la Corée du Nord, pour se protéger d'une éventuelle attaque américaine.

Les Nord-Coréens ont réclamé l'assouplissent de ces sanctions, pressant à plusieurs reprises Washington de soumettre une nouvelle proposition d'ici la fin de l'année.

Américains et Nord-Coréens se sont rencontrés début octobre en Suède. Pyongyang a accusé Washington d'avoir fait échouer les consultations tandis que les Etats-Unis affirmaient au contraire qu'elles avaient été "bonnes".