Il s'agit d'une conséquence de la pandémie de coronavirus, à l'origine d'un triple choc économique. Le Covid-19 pousse ainsi 38 millions de personnes de plus dans la pauvreté. L'institution financière internationale, basée à Washington, fixe le seuil de pauvreté à 5,50 dollars par jour. Avec la pandémie, 33 millions de personnes sont demeurées sous cette limite alors que leur situation se serait améliorée sans la crise sanitaire. La Banque mondiale estime que 5 millions de personnes sont retombées sous le seuil de pauvreté à cause du coronavirus.

Selon la Banque mondiale, l'Asie de l'Est se dirige cette année vers une croissance économique de 0,9%, la plus faible hausse depuis 1967. Le produit intérieur brut de la Chine augmentera de 2% tandis que d'autres pays de la région afficheront une hausse moyenne de 3,5%.

Les pays ont d'abord été confrontés aux conséquences économiques de la pandémie en elle-même et ensuite aux conséquences des mesures strictes prises pour enrayer la propagation du virus. La récession mondiale résultant de la crise sanitaire a constitué un troisième choc économique, explique la Banque mondiale. Les économies de l'Asie de l'Est dépendent en grande partie de la demande des autres pays du monde. Celle-ci reste faible et neutralise dès lors la reprise partielle.

L'Asie de l'Est comprend la Chine, les deux Corée ou encore le Japon notamment.