En débarquant, à l'été 2014, dans le foyer historique des Yazidis sur les monts Sinjar, les djihadistes ont tué des hommes, transformé les plus jeunes en enfants-soldats et des milliers de femmes en esclaves sexuelles. Des atrocités sur lesquelles enquête l'ONU pour déterminer si elles peuvent être qualifiées de "génocide".

Le Yazidisme, vieux de 4.000 ans, excommunie les femmes mariées hors de la communauté. Si cette loi ancestrale avait été appliquée, les Yazidies kidnappées par l'EI n'auraient jamais pu revenir.

Mais Baba Cheikh, mort jeudi soir à 87 ans, avait amené le Haut conseil spirituel yazidi à appeler de façon inédite à accueillir les survivantes.

La prix Nobel de la paix Nadia Murad, 26 ans, ancienne esclave sexuelle des djihadistes, a salué sur Twitter, la mémoire de Baba Cheikh, "un phare" pour sa communauté qui "a traité les survivantes yazidies avec amour et respect".

A Bagdad, les autorités ont salué la mémoire d'un "homme de paix" prônant "la fraternité et l'amitié".

Son fils devrait le remplacer une fois la semaine de deuil terminée, ont indiqué des responsables à l'AFP. La fonction est uniquement spirituelle, ont-ils expliqué, les affaires sociales et politiques étant entre les mains du Prince des Yazidis, Hazem Tahsin Bek, intronisé en juillet 2019.

Avec l'avocate libano-britannique Amal Clooney, Mme Murad milite auprès des instances internationales pour que les crimes de l'EI soient jugés.

La petite communauté kurdophone, qui pratique une religion ésotérique monothéiste dépourvue de livre sacré, est persécutée depuis des siècles par les extrémistes qui les considèrent comme des "satanistes".

Retranchés dans leur bastion du Sinjar (nord), les Yazidis, qui vénèrent sept anges, étaient 550.000 en Irak en 2014 --au total, 1,5 million dans le monde.

Après trois années d'occupation djihadiste, près de 100.000 ont quitté le pays et d'autres sont déplacés au Kurdistan irakien.

Selon les autorités kurdes, plus de 6.400 Yazidis ont été enlevés par l'EI et seule la moitié d'entre eux a pu s'échapper ou être secourue. Le sort des autres est toujours inconnu.