La situation est encore floue au camp de base de l'Everest, au Népal. Selon les responsables de ce dernier, un certain nombre d'alpinistes auraient dû être envoyés vers les hôpitaux de Katmandou, la capitale népalaise, afin d'être soignés. Des rapports indiquent qu'au moins 17 cas auraient été confirmés.

Selon les informations obtenues par la BBC, des patients seraient bel et bien arrivés du camp de base de l'Everest et auraient été testés positifs à la clinique CIWEC, un hôpital privé de Katmandou.

Une information également confirmée par certains touristes. "J'ai pris un hélicoptère pour quitter le camp de base de l'Everest et retourner à Katmandou après une journée", écrit Gina Marie Han-Lee, une alpiniste de New York, sur Facebook le 29 avril, selon The Guardian. "Une fois à l'hôpital, un test Covid a confirmé que j'étais positive et que j'avais une pneumonie. J'ai passé quatre nuits aux soins intensifs", témoigne-t-elle.

Le gouvernement nie la gravité de la situation

De son côté, le gouvernement aurait jusqu'à présent nié avoir eu connaissance de cas positifs dans ce camp. Beaucoup sont inquiets : les responsables minimisent-ils l'ampleur de la situation afin de ne pas fermer la montagne aux expéditions, comme l'année passée ? Les alpinistes étrangers sont en effet une source importante de revenus pour le gouvernement népalais.

Contacté par la BBC, Prem Subedi, le sous-secrétaire du ministère de la Culture, du Tourisme et de l'Aviation civile du Népal, a déclaré que le ministère n'avait pas connaissance de cas de coronavirus au camp de base. "Aucun des cas de Covid au camp de base de l'Everest n'a été signalé jusqu'à présent au ministère du Tourisme", a-t-il assuré.

Nouvelle vague dans le pays

Malgré la quarantaine obligatoire avant de se rendre au camp de base, la communauté des alpinistes redoute qu'une grave épidémie ait lieu sur la montagne et que celle-ci ne soit dévastatrice.

Selon le Nepali Times, les tests PCR réalisés dans le pays montrent un taux de positivité qui explose, avec près de 43% de tests positifs. Il s'agit du taux le plus élevé dans le pays depuis le début de la pandémie. La capitale est particulièrement touchée, avec 3 500 nouveaux cas journaliers et un confinement y est maintenant entré en vigueur.

Tout comme l'Inde, les hôpitaux du pays sont submergés. "Le système de santé n'est pas en mesure de faire face", a récemment déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué.

© AFP