Les résultats publiés par la commission électorale vendredi font état de 396 sièges au Parlement pour la LND, soit plus de 60%, même en tenant compte du quart des sièges réservés aux militaires en vertu de la Constitution.

Dix ans après la libération de d'Aung San Suu Kyi de son assignation à résidence sous la junte, son parti a démenti les pronostics en améliorant sa victoire de 2015.

"Les gens ont clairement compris la nécessité pour la LND d'obtenir suffisamment de voix pour former un gouvernement autonome", a déclaré à l'AFP Myo Nyunt, porte-parole de la LND.

Le Parti de la solidarité et du développement de l'Union (USDP), parti d'opposition proche des militaires, a été battu dans tout le pays, remportant seulement 30 sièges au Parlement. Il reste trois sièges non encore attribués.

Le Japon, l'Inde et Singapour ont déjà félicité Suu Kyi et son parti. Les observateurs ont largement conclu que le vote s'est déroulé sans problèmes, malgré l'anticipation d'un faible taux de participation en raison de la pandémie.