L'armée des Philippines a renoncé mardi à enquêter sur l'usage non autorisé d'un vaccin contre le Covid-19 inoculé à des militaires chargés de la garde du président Rodrigo Duterte. Celui-ci, qui est aussi le chef des armées, a défendu son équipe face aux critiques. M. Duterte avait demandé lors d'une allocution publique lundi que le congrès cesse son enquête que l'inoculation du vaccin chinois Sinopharm.

Le mois passé, le groupe chargé de la sécurité du président a confirmé que certains officiers de sécurité proche du président avaient reçu le vaccin. Mais aucun détail n'avait filtré sur la façon dont il avait été acheté, combien de soldats en avaient bénéficié et qui leur avait administré les doses.

Aucun vaccin n'a ce jour reçu d'autorisation d'urgence aux Philippines, selon l'agence des médicaments du pays asiatique. Mais l'autorisation du vaccin produit par Pfizer pourrait être délivrée d'ici un mois.