"La continuation du programme nucléaire de la RPDC (République Populaire Démocratique de Corée) constitue une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et est profondément regrettable", affirme l'AIEA dans ce rapport daté mardi.

Durant la période ayant suivi son dernier rapport en août 2019, l'AIEA a observé "des indications compatibles avec la production d'uranium enrichi" sur le site nucléaire de Yongbyon.

L'agence basée à Vienne rappelle qu'elle n'a pas eu accès au site de Yongbyon ou à d'autres endroits en Corée du Nord, et fonde son analyse sur "les informations dont elle dispose", comme des informations publiques et des images satellite.

Mardi, les Etats-Unis avaient formellement mis en garde contre les activités balistiques de la Corée du Nord, qui se poursuivent et continuent de représenter une "menace significative pour la stabilité régionale et mondiale".

Dans un "avertissement" conjoint, les départements d'Etat, du Trésor et du Commerce américains ont détaillé les efforts de l'Etat communiste pour se procurer du matériel qui peut être utilisé pour fabriquer des missiles.

Après ses premiers essais de missiles intercontinentaux en 2017, Pyongyang "a continué au cours de l'année écoulée à tirer des missiles balistiques en violation d'une série de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", selon la diplomatie américaine.