L'Autorité palestinienne a reçu jeudi deux milliards de shekels (512 millions d'euros) que lui devait Israël et qui représentent une partie des taxes que l'Etat hébreu perçoit pour le compte des Palestiniens, a annoncé à l'AFP le ministre palestinien des Affaires civiles.

Israël avait suspendu depuis février le paiement d'une partie de la TVA et des droits de douane prélevés sur les produits importés par les Palestiniens pour protester contre les versements par l'Autorité palestinienne d'allocations à des familles accusées d'avoir commis des attaques anti-israéliennes.

En réponse, le président palestinien Mahmoud Abbas avait refusé de percevoir ces droits de douane si ceux-ci étaient amputés, forçant ainsi son propre gouvernement à des mesures d'austérité.

"Un accord a été conclu avec la partie israélienne il y a quelques jours pour transférer l'argent des taxes sur le pétrole et les carburants (...) pour un montant de deux milliards de shekels", a annoncé à l'AFP Hussein al-Cheikh, le ministre palestinien des Affaires civiles.

Ce dernier a précisé que l'Autorité palestinienne avait reçu les fonds jeudi.

Présumée au bord de la cessation de paiement, l'Autorité palestinienne a réduit de moitié les salaires de la plupart de ses dizaines de milliers d'employés ces derniers mois et le président palestinien avait annoncé cette semaine le licenciement de ses conseillers.

Le versement d'une partie des taxes "aura des répercussions économiques positives mais elle ne résoudra pas le problème entre" l'Autorité palestinienne et Israël au sujet du versement d'allocations aux familles de prisonniers et celles dont des membres ont été tués, a ajouté le ministre palestinien.