Un véritable tsunami. La nouvelle vague de coronavirus, provoquée en partie par le variant B.1.617, fait des ravages en Inde. Selon les projections réalisées par l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), le nombre de morts en Inde pourrait dépasser 1 million d'ici le mois d'août, en supposant que les vaccins permettent de maîtriser la situation et d'atteindre le pic des décès le 17 mai.

Chaque minute compte

Dans les hôpitaux de Delhi, la situation est critique : à court d'oxygène, les hôpitaux se disent totalement dépassés par la situation. "Nous avons moins de 2 heures d'oxygène", écrivait sur Twitter le Moolchand Hospital à Delhi. L'hôpital, qui expliquait être désespéré, a finalement pu recevoir de l'oxygène quelques heures plus tard. Près de 130 patients Covid y sont soignés et bénéficient d'une assistance respiratoire.


La situation est également critique dans plusieurs autres hôpitaux, dont l'hôpital Batra dans le sud de Delhi et le Jaipur Golden Hospital dans le nord-ouest de Delhi. Ils ont également signalé une pénurie d'oxygène. Selon le Dr DK Baluja, directeur médical du Jaipur Golden Hospital, cette pénurie a déjà provoqué la mort de vingt-cinq personnes la nuit dernière. "Le gouvernement nous avait alloué 3,5 tonnes métriques d'oxygène. La livraison devait nous parvenir à 5 heures du soir, mais elle est arrivée vers minuit. À ce moment-là, 25 patients étaient morts", a déclaré à NDTV le Dr DK Baluja.

L'hôpital a envoyé un SOS au gouvernement, lui demandant d'agir pour éviter le pire. "Une grande tragédie humaine se prépare dans les prochaines minutes dans notre hôpital. Nous avons déjà perdu 25 vies. Nous sommes à court d'oxygène. Nous avons nos docteurs devant vous. S'il vous plaît, sauvez des vies. S'il vous plaît", supplie le Jaipur Golden Hospital.

Plus tard dans la journée, l'hôpital a dû une nouvelle fois appeler à l'aide. "Prochaine pénurie d'oxygène imminente à l'hôpital Golden de Jaipur. Plus de 200 vies sont en jeu si l'oxygène n'est pas fourni avant 21 heures ce soir", écrivait l'hôpital sur Twitter.

Une "grande tragédie"

Dans un message posté sur Twitter, le ministre en chef de la ville de Delhi a appelé ses homologues à "fournir de l'oxygène à Delhi", tant la crise est grave. Selon lui, "toutes les ressources disponibles s'avèrent inadéquates".


Lors d'une réunion des ministres en chef avec le Premier ministre Narendra Modi vendredi, M. Kejriwal avait averti qu'une "grande tragédie" pourrait se produire en raison de la pénurie d'oxygène. Il avait également déclaré que certains États arrêtaient les camions-citernes transportant de l'oxygène à Delhi.