Plongée, en images, dans l'enfer de Wuhan, foyer du nouveau virus chinois. Où le chaos règne dans les rues comme les hôpitaux.

Voici près d'une quinzaine de jours que la crise du nouveau coronavirus chinois a éclaté à l'échelle planétaire. Si les médias occidentaux relayent bien légitimement l'extension de la contamination et la moindre alerte quant à une infection sur leur territoire, localement, en Chine, la crise est d'une ampleur inédite. Alors que 50 millions d'habitants ont été mis sous cloche, en quarantaine du monde, l'impact de ce qu'on appelle, en Chine, "la pneumonie de Wuhan", est considérable. Et sème le chaos.

Les couloirs des hôpitaux sont totalement engorgés, les infectés les plus mal au point cotoyant la population, inquiète, en attente de diagnostic. Les médecins sont dépassés. Une médecin avance ce chiffre terrible : "une personne infectée et non-traitée va contaminer 14 autres personnes".

Dans les rues, les vidéos de citoyens tombant comme des mouches se multiplient

Les services de santé publique embarquent, parfois manu militari, des civils présentant des symptômes de la maladie. Dans les rues, les images de résidents s'écroulant, d'un coup d'un seul, se multiplient. Les habitants de la capitale de la province de Hubei ont de plus en plus de mal à se procurer des denrées alimentaires dans les magasins, et, pris de panique, certains d'entre eux n'hésitent pas à calfeutrer, de force, d'autres habitants d'un même immeuble. Quitte à clouer des planches sur leur porte d'entrée...

Une réalité, dure, à laquelle nos yeux d'occidentaux sont moins confrontés.

106 morts, 4.500 contaminés, la propagation est très forte

Le bilan actuel de la maladie s'établit à 106 morts, pour quelque 4.500 contaminés. A noter que le nombre de contaminés a doublé en 24h.

Une carte de l'extension du nouveau coronavirus, baptisé Coronavirus 2019-nCoV, est consultable ici