Un professeur d'université accusé d'avoir dénigré le prophète Mahomet en 2013 et dont l'avocat avait été assassiné l'année suivante après avoir été menacé de mort durant une audience, a été condamné à mort samedi pour blasphème au Pakistan, où cette question est extrêmement sensible. Junaid Hafeez "doit être pendu par le cou jusqu'à sa mort", peut-on lire dans jugement du tribunal de première instance de Multan (centre).

"Merci à Dieu, cette affaire est arrivée à sa juste conclusion", a commenté le procureur Zia ur Rehman, interrogé par l'AFP.

Junaid Hafeez, maître de conférence à l'université Bahauddin Zakariya de Multan (centre), est accusé d'avoir dénigré le prophète Mahomet en mars 2013. En mai 2014, trois hommes armés avaient assassiné son avocat, Rashid Rehman, après que les avocats de la partie civile l'eurent menacé de mort durant une audience.

Junaid Hafeez, de confession musulmane, est détenu à l'isolement depuis mi-2014. Ses conditions de détention ont encore empiré cette dernière année, depuis qu'il est enfermé dans une cellule de 8 m2, au sein d'un baraquement dont il est le seul prisonnier et dont il n'a pas le droit de sortir, selon son avocat Asad Jamal.

"Il ne peut y avoir de procès équitable dans les affaires de blasphème", a commenté Me Jamal à l'AFP. "Nous ferons appel de ce verdict", a-t-il poursuivi.

La condamnation à mort de Junaid Hafeez est "une erreur judiciaire flagrante", "extrêmement décevante et surprenante", a réagi Rabia Mehmood, chercheuse pour Amnesty international.

"Toute l'affaire Junaid et son long procès ont été une parodie de justice, a-t-elle déploré. Le gouvernement doit le libérer immédiatement et abandonner toutes les charges retenues contre lui".

Huit juges se sont succédé depuis que cette affaire à démarré, les sept premiers ayant été transférés, avait dénoncé Amnesty international en septembre, dénonçant "de sérieux retards de procédure".

Le blasphème est une question brûlante au Pakistan, où même des allégations non prouvées d'insulte à l'islam peuvent entraîner assassinats et lynchages.

L'acquittement fin octobre dernier de la chrétienne Asia Bibi, qui avait passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort pour blasphème, ce qu'elle a toujours nié, avait provoqué des manifestations violentes dans tout le Pakistan.

Asia Bibi vit désormais au Canada avec sa famille.