Les services de renseignements sud-coréens avaient notamment affirmé que le dirigeant nord-coréen avait délégué une partie de ses pouvoirs à sa soeur Kim Yo Jong en raison de son "stress". Un ancien conseiller du défunt président sud-coréen Kim Dae-jung avait même affirmé sur Facebook qu'il pensait que M. Kim était dans le coma, en n'avançant cependant aucune preuve.

Mais M. Kim a présidé mardi une réunion de la plus haute commission du Parti des travailleurs au pouvoir, rapporte l'agence officielle KCNA, où il a été question de la réponse du gouvernement à l'épidémie de coronavirus.

La Corée du Nord, qui a très vite fermé sa frontière quand le Covid-19 est apparu en Chine voisine, n'a pas confirmé un seul cas de contamination sur son sol. Une épidémie de grande ampleur serait désastreuse dans ce pays dont les infrastructures de santé sont notoirement insuffisantes.

Kim a pointé "certaines lacunes" dans les efforts de prévention et demandé des mesures plus fortes pour remédier à ces "carences", selon KCNA.

Plusieurs experts relativisent la crédibilité des rumeurs récurrentes sur l'état de santé de Kim Jong Un. Et les renseignements sud-coréens sont loin d'avoir toujours raison sur la réalité de la situation au Nord.