Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Djavad Zarif, a prévenu qu'une frappe de l'Arabie saoudite ou des États-Unis sur l'Iran déclencherait une "guerre totale", dans un entretien diffusé jeudi par la télévision CNN.


"Une guerre totale", a simplement répondu M. Zarif d'un air grave au journaliste de CNN qui lui demandait : "Quelle serait la conséquence d'une frappe militaire américaine ou saoudienne sur l'Iran ?"

"Nous ne voulons pas la guerre, nous ne voulons pas nous lancer dans un affrontement militaire. Nous pensons qu'un conflit armé reposant sur une supercherie est quelque chose d'affreux. Mais nous ne tremblons pas quand il s'agit de défendre notre territoire", a ajouté M. Zarif.

Sur Twitter, M. Zarif a dénoncé jeudi "l'agitation" orchestrée selon lui autour des récentes attaques contre des installations pétrolières saoudiennes afin de préparer l'opinion mondiale à une guerre contre l'Iran.


"C'est fabriqué de toute pièce"

"Acte de guerre ou AGITATION en vue d'une GUERRE?" a-t-il écrit en réponse à des propos tenus la veille par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Ce dernier a qualifié "d'acte de guerre" les attaques ayant visé samedi deux infrastructures pétrolières majeures du royaume saoudien et qu'il a de nouveau attribuées à l'Iran.

Ryad a de son côté affirmé que Téhéran avait "incontestablement parrainé" ces attaques menées par voie aérienne et revendiquées par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.

"C'est fabriqué de toutes pièces", a déclaré M. Zarif à CNN.

"Ils veulent rejeter la faute sur l'Iran, afin de réaliser quelque chose, et c'est pour cela que je dis que c'est de l'agitation en vue d'une guerre. Parce que c'est fondé sur des mensonges et une supercherie", a-t-il ajouté.

"Des attaques approuvées par l'Iran"

Cette déclaration intervient à la suite d'attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite samedi. La télévision américaine CBS News a affirmé que ces frappes avaient bien été commises par l'Iran et approuvées par l'ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême iranien. la chaîne cite un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Ce jeudi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo est arrivé aux Émirats arabes unis, dans le cadre d'une tournée dans le Golfe visant à évoquer avec ses alliés la réponse à apporter aux attaques citées, qualifiées d'"acte de guerre" iranien.

© AP

Le durcissement de la position américaine fait craindre une escalade armée, après la salve de frappes ayant visé le 14 septembre le cœur de l'industrie pétrolière saoudienne et entraîné une réduction de moitié de la production d'or noir par le premier exportateur mondial.

Arrivant de la ville saoudienne de Jeddah, M. Pompeo doit rencontrer dans l'après-midi le prince héritier d'Abou Dhabi et homme fort des Emirats, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane. En Arabie saoudite, il a rencontré la veille le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a déclaré que l'attaque constituait un "véritable test" de la volonté mondiale face à l'Iran.

© AP