Le pétrolier iranien Adrian Darya-1, placé sur liste noire par les Etats-Unis, est arrivé devant le port syrien de Tartous, a affirmé vendredi soir le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton. "Quiconque affirmait que l'Adrian Darya-1 ne se dirigeait pas vers la Syrie refuse la réalité", a-t-il tweeté avec une image satellite montrant le navire amarré à deux milles nautiques de Tartous.

"Téhéran pense qu'il est plus important d'aider le régime meurtrier d'Assad que d'aider son propre peuple. Nous pouvons discuter, mais Téhéran n'obtiendra aucune atténuation de sanctions tant qu'il ne cessera pas de mentir et de répandre le terrorisme!", a-t-il ajouté.

Le site TankerTrackers, qui surveille les trajets des pétroliers, montrait aussi l'Adrian Darya-1 près de Tartous.

Il n'y avait toutefois aucune confirmation que le navire, qui transporte 2,1 millions de barrils de pétrole d'une valeur de 140 millions de dollars, soit en train de décharger sa cargaison.

En revanche, le site d'information Middle East Eye affirmait dès vendredi que le pétrolier avait déjà déchargé 55% de sa cargaison jeudi soir.

Le navire avait auparavant été retenu six semaines dans le territoire britannique de Gibraltar, et n'avait finalement été relâché, contre l'avis de Washington, qu'après avoir donné l'assurance qu'il ne se dirigeait pas vers des pays sous sanctions européennes - comme la Syrie.

Téhéran a ensuite nié qu'aucune promesse ait été faite.