Pyongyang a nommé à la tête de son armée un général spécialiste de l'artillerie, ont annoncé les médias officiels nord-coréens, ce qui pourrait selon les experts augurer du développement de nouvelles armes. Pak Jong Chon a été nommé "chef de l'état-major de l'Armée populaire coréenne", a indiqué vendredi soir l'agence officielle KCNA, qui précise que la décision a été annoncée lors d'une réunion à laquelle participait le leader nord-coréen Kim Jong Un.

M. Pak succède à Ri Yong Gil, qui avait occupé ce poste deux fois depuis 2013.

Il était auparavant commandant en chef de l'artillerie nord-coréenne et sa promotion pourrait augurer un regain d'investissement nord-coréen dans le développement de nouvelles armes, a déclaré le chercheur Ahn Chan-il, un Nord-Coréen passé au Sud.

"Il faut noter que M. Pak avait accompagné M. Kim lors des tests de ses nouvelles armes", a-t-il dit. "Avec son arrivée à la tête de l'armée, il est probable que Pyongyang donnera la priorité à l'artillerie, en plus du développement de nouvelles armes."

M. Pak était au côté de M. Kim quand la Corée du Nord a testé en août "des missiles tactiques guidés d'un nouveau type".

Il était également là lorsque Pyongyang a essayé en juillet un "système de lancement multiple de fusées guidées de gros calibre", avait alors rapporté KCNA.

La Corée du Sud avait décrit ces armes comme des "missiles balistiques de courte portée", que le Nord n'a pas le droit de tester, selon les résolutions des Nations unies détaillant les sanctions en cours contre Pyongyang.

La Corée du Nord avait présenté ces tirs comme des avertissements à Washington et Séoul, engagés dans des manœuvres annuelles que Pyongyang présente comme la répétition générale d'une invasion de son territoire.

Ce remaniement au sommet de l'armée nord-coréenne intervient en pleine impasse dans le processus de négociation entre Washington et Pyongyang sur les programmes nucléaire et balistique du Nord.