Le meurtre en mai de Romina Achrafi, infanticide et féminicide aux relents de "crime d'honneur", a provoqué un tollé en Iran. Des médias ont dénoncé une "violence institutionnelle" dans une République islamique "patriarcale". Selon les informations de médias locaux, Romina Achrafi a été tuée dans son sommeil le 21 mai par son père qui l'a décapitée après qu'elle a regagné le logement familial à Talesh, dans la province de Guilan (nord). 

"Même si les autorités judiciaires ont souligné le 'traitement spécial' accordé à cette affaire, le jugement du tribunal nous a terrifiés ma famille et moi", a affirmé Rana Dachti, la mère de l'adolescente, à l'agence de presse Ilna.

"Je veux que mon mari ne revienne plus jamais dans notre village", a-t-elle ajouté, en demandant à ce que le jugement soit revu et son époux exécuté. 

Après 15 ans de vie commune avec ce dernier, Mme Dachti dit aujourd'hui craindre que son unique fils soit en danger. 

Selon Ilna, le code pénal iranien ne prévoit pas la peine de mort pour un père ayant commis un infanticide, mais seulement des peines d'emprisonnement et des amendes.

Amoureuse d'un homme âgé d'une quinzaine d'années de plus qu'elle, ayant essuyé un refus paternel à sa demande de mariage, l'adolescente serait partie avant d'être retrouvée à la suite d'une plainte de son père.
Cet homme, Bahman Kharavi, a été condamné à deux ans de prison, selon Mme Dachti, qui n'a pas fourni de précisions sur ce jugement.

Toujours selon des médias, la jeune fille avait déclaré au juge, après son interpellation, qu'elle ne voulait pas rentrer chez elle, disant craindre pour sa vie.

En Iran, la loi fixe l'âge minimum pour le mariage à 13 ans pour les femmes.