Ashwaq Haji Hamid, une Yézidie enlevée en 2014 par l'Etat islamique et réduite à l'esclavage sexuel, a récemment affronté son tortionnaire djihadiste à la télévision irakienne.

Plusieurs membres de l'EI avait enlevé la jeune Yézidie, âgée de 14 ans à l'époque, pour ensuite la vendre comme esclave sexuelle à l'un des combattants du Califat. Pendant plus d'un an, Ashwag subira quotidiennement des viols et des violences de la part de son kidnappeur. Elle a également été obligée de se convertir à l'Islam, d'apprendre l'arabe et de prier cinq fois par jour.

Heureusement, la jeune femme avait réussi à s'échapper et à s'enfuir avec sa famille vers l'Allemagne un an plus tard. Avec sa mère et deux de ses frères, elle parviendra à obtenir le statut de réfugiée et s'installera près de Stuttgart. Alors que son intégration se passe bien, elle tombe par hasard sur son bourreau, Abu Humam, qui jouit lui aussi du statut de... réfugié. Prise de panique, la jeune Yézidie quitte l'Allemagne, en février dernier, en direction du Kurdistan irakien pour se retrouver le plus loin possible du djihadiste.

Il y a quelques jours, Ashwaq est apparue à la télévision irakienne où on la voit confrontée à un homme menotté qui serait son agresseur et violeur présumé. Celui-ci baisse les yeux alors que la jeune femme s'en prend verbalement à lui. “Regarde-moi! Pourquoi tu m’as fait ça? Pourquoi? Tu n’as pas de sentiments? Un peu d'estime de toi? J’avais 14 ans. L’âge de ta fille, de ton fils... Tu as détruit ma vie. Tu m’as volé tous mes rêves. Maintenant, tu découvres ce que c’est que d’être puni”, lance-t-elle avant de s'effondrer d'émotions et de chagrin.

De nombreux procès de djihadistes ont eu lieu ces derniers jours en Irak où les djihadistes sont condamnés à la peine de mort.