Quatre personnes ont été grièvement blessées dans l'agression à la hache et au couteau perpétrée par un demandeur d'asile afghan de 17 ans dans un train régional en Allemagne lundi soir, ont communiqué les autorités locales.

Le groupe terroriste Etat islamique a affirmé ce mardi matin que l'attaque a été menée par un de ses "combattants". C'est la première fois que le groupe djihadiste, qui a revendiqué plusieurs attentats sanglants dans le monde, s'attribue la responsabilité pour une attaque en Allemagne. "L'auteur de l'attaque à l'arme blanche en Allemagne est l'un des combattants de l'Etat islamique et il a mené cette opération en réponse aux appels à viser les pays de la coalition (dirigée par Washington) qui combat l'EI" en Syrie et en Irak, a affirmé Amaq.

Les autorités allemandes ont cependant affirmé mardi n'avoir à ce stade "aucun indice" montrant que le jeune Afghan auteur d'une attaque à la hache dans un train était connecté avec l'organisation Etat islamique (EI). "En l'état actuel de l'enquête, aucun indice sur les lieux n'a été trouvé qui établirait une connexion entre ce jeune homme et des réseaux islamistes", a souligné le ministre de l'Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann, lors d'une conférence de presse à Munich (sud).

Cependant, selon le journaliste David Thomson, "pour prouver le lien, l'agence Amaq de l'EI diffuse une vidéo de l'assaillant du train en Allemagne". Le jeune homme s'y présente comme un "soldat du Califat" et profère des menaces.


Un drapeau de l'EI

L'auteur de l'agression a été identifié comme un Afghan de 17 ans, arrivé en Allemagne en tant que mineur non accompagné, et résidant avant les faits dans une famille d'accueil à Ochsenfurt. Après l'intervention des forces de l'ordre, il a tenté de s'enfuir et a été abattu par une unité spéciale d'intervention de la police allemande (SEK) qui était postée non loin.

"Lors de la fouille de la chambre où il vivait, un drapeau de l'EI fabriqué artisanalement a été retrouvé", a déclaré le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann. Le responsable conservateur a également évoqué un témoin affirmant que le jeune agresseur a crié "Allah Akbar" (Dieu est grand). Le ministre régional a toutefois jugé qu'il fallait maintenant voir dans quel mesure il appartenait vraiment à la mouvance islamiste et dans quelle mesure il se serait "radicalisé tout seul très récemment".

Ce lundi soir, le ministre avait en outre assuré qu'il était "bon et correct" que la police ait abattu le jeune homme après l'attaque, car il n'était pas exclu qu'il puisse exécuter "d'autres actes terrifiants."



"Un acte de lâcheté abominable"

Le Premier ministre Charles Michel a réagi mardi sur Twitter à l'attaque qui a eu lieu dans un train en Allemagne. "Ein Akt schrecklicher Feigheit. Wir stehen Deutschland im Kampf gegen Terrorismus zur Seite. Wünsche für eine schnelle Genesung" ("Un acte de lâcheté abominable. Nous soutenons l'Allemagne dans la lutte contre le terrorisme. Nous leur souhaitons un prompt rétablissement", s'est-il exprimé en allemand.