L’explosion d’un taxi piégé a fait au moins 13 morts dimanche dans la vieille ville de Damas, à majorité chrétienne, et 29 personnes ont été blessées, selon un bilan de l’agence de presse officielle Sana. L’attentat est survenu alors que l’émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, rencontrait le jour-même le président Bachar el-Assad dans la capitale syrienne. Selon un journaliste de l’AP, la chaussée et le trottoir étaient maculés de sang, les vitrines de plusieurs commerces ont été détruites et au moins quatre voitures complètement brûlées. Épargnée par les violences après le début du soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad en mars 2011, Damas est devenue la cible des affrontements depuis quelques mois. L’attentat n’a pas été revendiqué mais des groupes islamistes combattant aux côtés des insurgés ont parfois revendiqué des attaques à la bombe contre les services de sécurité du régime à Damas.

Lakhdar Brahimi est venu à Damas réclamer une trêve à l’occasion des quatre jours de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, qui débute ce vendredi. Il affirme avoir reçu des "promesses" mais pas d’"engagement" de la part des opposants syriens à respecter un cessez-le-feu. (Sipa et AP)