A Lagos, la plus grande ville du Nigéria, les embouteillages causés en partie par le trafic à destination du port, saturent la ville.

Les automobilistes nigérians vivent quotidiennement un véritable calvaire. Il n'est pas impossible de passer 7 ou 8 heures dans sa voiture en attendant que la situation routière se fluidifie.

Cette situation problématique a une origine économique. Le Nigéria est la première économie d'Afrique et 70% des recettes douanières nigérianes proviennent du port de Lagos. De jour en jour, il y a de plus en plus de camions qui affluent au port. L'état des routes est lamentable et les travaux font pire que mieux. Les files sont de plus en plus longues et depuis un mois des camions sont bloqués sur place. "Aujourd'hui, ça fait un mois, deux semaines et trois jours que je suis coincé dans ces bouchons. Je n’ai toujours pas déposé mes marchandises. Je ne dors pas parce que si on dort des bandes de voleurs piquent les batteries, les pneus de secours, l’essence.", rapporte un camionneur à la RTBF.

Si la situation est problématique pour les usagers de la route, elle profite à des vendeurs, qui viennent installer leur marchandise pour tenter de faire recette.

D'ailleurs, afin de contrer ce blocage sur les routes, le gouverneur de Lagos, Akinwunmi Ambode, veut développer un système de bateau-taxi:" L’eau recouvre 25% de Lagos. Le grand plan des autorités est de rediriger quotidiennement au moins deux millions de passagers sur les voies navigables et de réduire ainsi la circulation sur les routes", explique-t-il.

Un nouveau port doit être construit mais il ne verra pas le jour avant 2020. D'ici là, les Lagotiens qui prennent la route devront s'armer de patience...