L'opposante Aung San Suu Kyi, symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie, a été libérée samedi après plus de sept années consécutives de résidence surveillée, a indiqué à l'AFP un responsable birman sous couvert de l'anonymat. Des responsables officiels ont pénétré dans sa maison, rue de l'université, vers 17h00 (10h30 GMT) pour lire à l'opposante l'ordre de libération de la junte, le jour où arrivait à son terme sa dernière condamnation à 18 mois de résidence surveillée.

"Elle est libre maintenant", a indiqué ce responsable sous couvert de l'anonymat. Selon une journaliste de l'AFP, environ 2.000 personnes se trouvaient à proximité du domicile de la lauréate du prix Nobel de la paix.

Les partisans, dont certains avaient déjà attendu toute la journée de vendredi dans l'espoir de voir leur idole, chantaient et applaudissaient à tout rompre dans un climat de grande confusion. Dès les barricades tombées, la foule s'est précipitée en courant vers la vieille demeure délabrée d'Aung San Suu Kyi, a indiqué la journaliste de l'AFP.

La fille du général Aung San, héros de l'indépendance birmane, a passé près de 15 des 21 dernières années privée de liberté. La communauté internationale, y compris certains pays de l'Association des nations du sud-est asiatique (Asean), dont la Birmanie est membre, réclamait cette libération avec insistance depuis des années. Prix Nobel de la paix 1991 et symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie, Aung San Suu Kyi n'avait plus circulé librement depuis mai 2003. Sa libération est "certes la bienvenue mais ne fait que marquer la fin d'une condamnation injuste" et "ne représente en aucun cas une concession de la part des autorités", a observé à Londres l'organisation des droits de l'Homme, Amnesty International.

Pour Elaine Pearson, responsable à Bangkok de l'association Human Rights Watch (HRW), "sa libération est un stratagème profondément cynique du gouvernement militaire pour détourner l'attention de la communauté internationale des élections illégitimes" que la junte militaire, au pouvoir depuis un demi-siècle en Birmanie, a organisées dimanche dernier. Les militaires revendiquent 80% des sièges avant même les résultats officiels.

"Je suis très, très soulagé", a réagi le secrétaire général de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean), le Thaïlandais Surin Pitsuswan, à Yokohama (Japon) où il participait au forum économique Asie-Pacifique (Apec). "J'espère que cela va contribuer à la réconciliation nationale en Birmanie", a-t-il ajouté, espérant que "d'autres prisonniers politiques bénéficieront également de ce geste". Egalement à Yokohama, le président américain Barack Obama, prix Nobel de la paix 2009, s'est félicité d'une libération "longtemps espérée" et a rendu hommage au "combat courageux" d'Aung San Suu Kyi. "Il est temps pour le régime birman de relâcher tous les détenus politiques, pas un seul", a ajouté M. Obama.

L'Asean, qui inclut plusieurs pays voisins de la Birmanie, est régie par le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures de ses membres, mais le dossier birman embarrasse ses membres les plus démocratiques. Pour les Philippines, il reste à savoir si les généraux birmans "prendront plus de mesures substantielles en direction de la démocratisation". De même, le Japon s'est félicité d'un "pas en avant" mais a espéré "d'autres mesures positives". Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lui aussi appelé la junte à "consolider le geste d'aujourd'hui en libérant tous les autres prisonniers politiques".

La libération a également été chaleureusement saluée par des lauréats du Prix Nobel de la Paix réunis à Hiroshima. "C'est merveilleux", s'est ainsi écrié l'ancien président sud-africain Frederik Willem De Klerk en apprenant la nouvelle. Selon la Grande-Bretagne, 2.100 autres prisonniers politiques sont détenus dans les geôles birmanes. La libération d'Aung San Suu Kyi "aurait dû être faite depuis longtemps", a déclaré le Premier ministre britannique David Cameron. Si nombre de capitales ont insisté sur le caractère exemplaire d'Aung San Suu Kyi, la plupart ont aussi appelé à la libération de "tous les autres prisonniers politiques" et à "une réelle transition démocratique", à l'instar de l'envoyé spécial de l'Union européenne pour la Birmanie Piero Fassino.

Pour Berlin, "son pacifisme et son intransigeance ont fait d'elle un modèle". La France a mis en garde les autorités birmanes contre "toute entrave à la liberté de mouvement et d'expression" d'Aung San Suu Kyi, et la Commission européenne a jugé "crucial" qu'elle ait une totale liberté et "puisse participer pleinement au processus politique de son pays". L'Italie a relevé que l'opposante avait été maintenue enfermée pendant toute la campagne pour les élections, les premières en Birmanie depuis 1990. Aung San Suu Kyi et son parti, la Ligue nationale pour la Démocratie (LND), avaient alors largement remporté la victoire. Ottawa et Johannesburg ont aussi salué sa libération et demandé l'élargissement des autres prisonniers.

La Chine, l'un des plus proches alliés de la junte birmane, n'a pas immédiatement réagi, mais l'agence officielle Xinhua a annoncé la libération en qualifiant Aung San Suu Kyi d'"importante figure politique". Pékin, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et qui a emprisonné le dissident Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix 2010, protège la Birmanie d'éventuelles sanctions de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme.

Libérée sans condition

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, libérée samedi après sept ans de résidence surveillée, n'a été soumise à aucune condition de la part de la junte et est donc entièrement libre, a affirmé à l'AFP un haut responsable birman sous couvert de l'anonymat.

"Elle est complètement libre, il n'y a absolument aucune condition", a affirmé ce responsable, alors que plusieurs capitales occidentales ont exhorté samedi le régime militaire à n'imposer aucune restriction aux mouvements et activités de la lauréate du prix Nobel de la paix.

La télévision birmane a par ailleurs indiqué qu'Aung San Suu Kyi avait été libérée pour bonne conduite. "Aung San Suu Kyi s'est bien comportée", a estimé la télévision, ajoutant que l'opposante avait "obtenu une amnistie pour l'ensemble de sa peine".

En mai 2009, alors qu'elle pouvait espérer être libérée, un illuminé américain s'était introduit à la nage dans le domicile de l'opposante, situé sur les rives d'un lac. En août, elle avait été condamnée à trois ans de prison et travaux forcés pour violations des règles de sécurité qui lui étaient imposées. La peine avait été commuée le jour même en 18 mois de résidence surveillée.