Michelle Bachelet a déclaré dimanche au soir de sa victoire à la présidentielle au Chili qu'il était "temps de mener des changements de fond" dans le pays, même si cela ne sera "pas facile", a-t-elle averti.

Le "Chili s'est regardé lui-même, sa trajectoire, son passé récent, ses blessures, ses gestes, le travail encore à faire. Et il a décidé qu'il était temps de mener des changements de fond", a déclaré la présidente socialiste à la tribune devant des milliers de partisans enthousiastes à Santiago.

"Ça ne va pas être facile, mais quand a-t-il été facile de changer le monde pour l'améliorer ?", a-t-elle également demandé après avoir remporté le second tour de la présidentielle avec plus de 62% des voix face à la conservatrice Evelyn Matthei, à l'issue d'un scrutin marqué par une forte abstention.

Promettant à nouveau de mener à bien une réforme de l'éducation et de la Constitution, héritée de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), Mme Bachelet, déjà présidente du pays entre 2006 et 2010, a aussi assuré que "plus jamais une minorité ne fera taire la majorité".

La nouvelle présidente a également rendu un hommage ému et appuyé à sa mère, sa "référence", présente derrière elle a la tribune, avec qui elle a subi des tortures sous la dictature, et à son père, un ancien général mort en détention sous Pinochet.

Michelle Bachelet, médecin âgée de 62 ans, a enfin insisté sur l'urgence à construire un "Chili plus juste" et d'en "finir avec les inégalités".

Le PS félicite la présidente chilienne

Le président du PS, Paul Magnette, et le ministre-président wallon et francophone, Rudy Demotte, ont salué lundi la réélection de Michelle Bachelet à la présidence du Chili. M. Magnette a, dans un communiqué, "chaleureusement félicité" Mme Bachelet pour sa "victoire éclatante" au second tour de la présidentielle au Chili.

L'ancienne présidente, après un premier mandat de 2006 à 2010, s'est imposée, malgré une forte abstention, par 62,1% des votes face à la candidate de droite Evelyn Matthei, qui a obtenu 37,8% des suffrages.

"Première femme élue à la tête d'un pays sud-américain en 2006, Michelle Bachelet vient à nouveau d'être plébiscitée par son peuple", souligne M. Magnette.

"Fortement engagée dans la défense des droits des femmes et partisane de la laïcité de l'Etat, Michelle Bachelet associe dans son combat à la fois les droits sociaux, la lutte contre les inégalités et la défense des valeurs éthiques progressistes", ajoute le président du PS, qui lui souhaite "bonne chance pour mener à bien tous ces projets afin d'améliorer les conditions de vie de tous les habitants du Chili".

M. Demotte s'est aussi réjoui de l'élection de Mme Bachelet.

"Son retour au pouvoir au Chili constitue un message très positif pour la défense des valeurs progressistes dans le pays", a-t-il souligné dans un communiqué.

"Cette victoire est aussi celle du combat pour l'émancipation féminine que la nouvelle présidente n'a cessé de défendre", ajoute le ministre-président de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.