A moins de deux mois des élections prévues en Irak, Bagdad a connu vendredi des attaques sanglantes revendiquées par le groupe islamiste d'Abou Moussab al Zarqaoui, alors que les autorités allemandes ont affirmé avoir éventé un projet d'attentat contre le premier Ministre intérimaire irakien Iyad Allaoui en visite en Allemagne.

Malgré la persistance des violences, le secrétaire général de l'Otan Jaap de Hoop Scheffer, en visite surprise en Irak pour l'ouverture officielle du quartier général de l'Alliance à Bagdad, a souhaité la tenue des élections fin janvier. L'Otan aura pour mission de former 1000 officiers irakiens par an dans le cadre d'une «académie militaire».

Vingt-six personnes, dont 12 policiers, ont été tuées et 24 autres blessées à Bagdad dans deux attaques revendiquées par le groupe de l'islamiste Abou Moussab al Zarqaoui.

L'une (12 morts et cinq blessés) visait un poste de police du quartier Al-Amel, dans l'ouest de la capitale, l'autre (14 tués, 19 blessés) un autre poste de police dans le quartier sunnite d'Al-Adhamiyah, selon la revendication du groupe islamiste, mais une mosquée chiite, selon les habitants. Ces actions mettent fin à une accalmie relative dans la capitale irakienne observée depuis le début de l'opération contre le bastion sunnite de Falloujah, considéré par l'armée américaine comme le lieu d'implantation du réseau Zarqaoui.

Plus que le bilan, c'est la manière dont ces opérations ont été menées qui inquiètent les autorités irakiennes: dans la première attaque notamment, un commando d'une soixantaine d'assaillants armés jusqu'aux dents, à bord de plusieurs véhicules, est arrivé jusqu'au poste de police à l'aube, malgré le couvre-feu, et a pu s'enfuir dans une capitale censée être quadrillée par les forces américaines et irakiennes. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sabah Kadhem, cette action «fait partie d'une stratégie consistant à multiplier les attaques terroristes pour tenter d'empêcher la tenue des élections générales», prévues le 30 janvier.

Arrestations en Allemagne

En Allemagne, trois Irakiens, membres présumés du groupe terroriste «Ansar al Islam», ont été arrêtés à la suite d'indications sur un projet d'attentat lié à la visite d'Iyad Allaoui. Le procureur général fédéral Kay Nehm a révélé qu'à l'occasion d'écoutes téléphoniques, «des indications se sont multipliées sur des projets d'attentat» visant «un point spécial de la visite» de M.Allaoui. «Ce point du programme a été annulé», a indiqué M.Nehm. Selon les renseignements intérieurs allemands, le groupe «Ansar al-Islam», fondé par des Kurdes du nord de l'Irak, a des liens avec le réseau d'Oussama Ben Laden, al Qaeda. Le groupe compterait un millier de partisans, dont une centaine vit sur le territoire allemand. (AFP)

© La Libre Belgique 2004